Retour aux résultats Version imprimable

Daveluyville

Origine et signification Cette ville est issue du regroupement de la ville de Daveluyville et de la municipalité de Sainte-Anne-du-Sault, entré en vigueur le 24 février 2016. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour l'ancienne ville de Daveluyville; nous vous invitons à consulter aussi la rubrique de l'ancienne municipalité de Sainte-Anne-du-Sault.

Entre Sainte-Anne-du-Sault et Maddington, dans la région administrative du Centre-du-Québec, on trouve la ville de Daveluyville, arrosée dans sa partie est par la rivière Bécancour. Lors de l'incorporation municipale, en 1901, c'est à Adolphe Daveluy (1841-1915) que l'on a voulu rendre hommage. Celui à qui les Daveluyviens doivent leur gentilé était un riche marchand local à cette époque et possédait différents lots. Premier maire de Sainte-Anne-du-Sault de 1889 à 1891, dont Daveluyville a été détachée, il a également rempli cette charge de 1902 à 1904, dans la municipalité du village à laquelle il a donné son nom. D'ailleurs, le bureau de poste, ouvert en 1897, portera le nom Sainte-Anne-du-Sault, rappel des liens qui unissaient les deux communautés, et ce, jusqu'en 1902 alors qu'il était modifié en faveur de Daveluyville. Le 22 avril 1995, Daveluyville voyait son statut de municipalité du village être changé pour celui de municipalité et, le 8 avril 2000, ce dernier statut était modifié pour celui de ville. L'endroit fut peuplé, à compter de 1869, par des Anglais qui s'adonneront surtout au commerce du bois et du tanin. La compagnie The Canada Tanning Extract Limited, créée en 1873, produisait alors une substance servant au tannage des peaux d'animaux, le tanin, qui a pour propriété de les rendre imputrescibles. En 1877, le commerce du bois s'implanta sur une base assez importante.

Date d'officialisation 2016-05-13

Spécifique Daveluyville

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Centre-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) Arthabaska

Municipalité Daveluyville (Ville)

Code géographique de la municipalité 39152

Latitude nord     Longitude ouest 46° 12' 03" 72° 08' 11"

Coordonnées décimales -72.1366      46.20095

Carte topographique 1/50 000 31I/01

Carte topographique 1/20 000 31I/01-0202

Anciens noms

  • Daveluyville  (Municipalité)

    Entre Sainte-Anne-du-Sault et Maddington, dans la région administrative de la Mauricie Bois-Francs, on retrouve la municipalité de Daveluyville, arrosée dans sa partie est par la rivière Bécancour. Lors de l'incorporation municipale, en 1901, c'est à Adolphe Daveluy (1841-1915) que l'on a voulu rendre hommage. Celui à qui les Daveluyviens doivent leur gentilé était un riche marchand local à cette époque et y possédait différents lots. Premier maire de Sainte-Anne-du-Sault (1889-1891), dont Daveluyville a été détachée, il a également rempli cette charge de 1902 à 1904 dans la municipalité du village à laquelle il a donné son nom. D'ailleurs le bureau de poste ouvert en 1897 portera le nom de Sainte-Anne-du-Sault, rappel des liens qui unissaient les deux communautés et ce, jusqu'en 1902 alors qu'il était modifié en faveur de Daveluyville. C'est le 22 avril 1995 que cette municipalité de village est devenue officiellement municipalité de Daveluyville. L'endroit fut peuplé, à compter de 1869, par des Anglais qui s'adonneront surtout au commerce du bois et du tanin. La compagnie The Canada Tanning Extract Limited, créée en 1873, produisait alors une substance servant au tannage des peaux d'animaux, le tanin, qui a pour propriété de les rendre imputrescibles. En 1877, le commerce du bois s'implanta sur une base assez importante.

  • Sainte-Anne-du-Sault  (Municipalité de paroisse)

    Cette municipalité de paroisse créée officiellement en 1889, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Victoriaville, dans le voisinage immédiat de Daveluyville au nord, doit son appellation à la paroisse homonyme érigée canoniquement en 1888. Le thème de l'eau se révèle majeur pour cette entité, car la rivière Bécancour la borne au nord, la rivière du Portage la traverse et le sault, ou chute, auquel sa dénomination fait allusion se retrouve tout près des chutes Maddington, situées sur le territoire de la municipalité de canton du même nom. À l'origine, le territoire était identifié sous la dénomination descriptive Le Sault et les gens qui y vivaient étaient désignés comme les habitants du Sault. Quant à l'hagionyme Sainte-Anne, il rappelle qu'au moment de l'érection canonique de la paroisse, le 29 juin 1888, l'évêque d'alors voulait souligner la proximité de la fête de la grand-mère de Jésus, le 26 juillet. À compter de 1873, un missionnaire desservira les lieux et la première véritable vague colonisatrice sera constituée de gens de Saint-Grégoire, Saint-Wenceslas et Bécancour qui s'y installent en 1878. Détachée de Sainte-Gertrude, de Saint-Louis-de-Blandford et de Saint-Valère-de-Bulstrode, la nouvelle paroisse se peuple rapidement puisqu'elle compte 600 personnes en 1890. L'économie locale, au XIXe siècle, se caractérise par l'ouverture de nombreux chantiers de coupe de bois.

  • Sainte-Anne-du-Sault  (Municipalité)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 24 février 2016. En effet, à cette date, la municipalité de Sainte-Anne-du-Sault et la ville de Daveluyville se regroupaient pour constituer une nouvelle ville désignée sous le nom de Daveluyville. L'appellation Sainte-Anne-du-Sault a toutefois été préservée et elle désigne maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne municipalité du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de Sainte-Anne-du-Sault.

    Cette municipalité créée officiellement en 1889, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Victoriaville, dans le voisinage immédiat de Daveluyville au nord, doit son appellation à la paroisse homonyme érigée canoniquement en 1888. Le thème de l'eau se révèle majeur pour cette entité, car la rivière Bécancour la borde au nord, la rivière du Portage la traverse et le saut, ou chute, auquel sa dénomination fait allusion se trouve tout près des chutes Maddington, situées sur le territoire de la municipalité du canton de Maddington. À l'origine, le territoire était désigné sous la dénomination descriptive Le Sault, et les gens qui y vivaient étaient désignés comme les habitants du Sault. Quant à l'hagionyme Sainte-Anne, il rappelle que, au moment de l'érection canonique de la paroisse, le 29 juin 1888, l'évêque d'alors voulait souligner la proximité de la fête de la grand-mère de Jésus, le 26 juillet. À compter de 1873, un missionnaire desservira les lieux, et la première véritable vague colonisatrice sera constituée de gens de Saint-Grégoire, de Saint-Wenceslas et de Bécancour, qui s'y installeront en 1878. Détachée de Sainte-Gertrude, de Saint-Louis-de-Blandford et de Saint-Valère-de-Bulstrode, la nouvelle paroisse se peuple rapidement puisqu'elle compte 600 personnes en 1890. L'économie locale, au XIXe siècle, se caractérise par l'ouverture de nombreux chantiers de coupe de bois. En 2000, Sainte-Anne-du-Sault voit son statut de municipalité de paroisse être changé pour celui de municipalité.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012