Retour aux résultats Version imprimable

Les Méchins

Origine et signification Comme pour beaucoup de noms de lieux québécois, l'origine de la dénomination de cette municipalité de la péninsule de la Gaspésie repose sur une explication légendaire. Suivant les Amérindiens, le génie du mal Outikou, qui aurait hanté la montagne des Méchins, s'amusait à les pourchasser avec un bâton de la grosseur d'un arbre. Ce personnage mythologique, haut de 2,5 m, doté d'un œil cyclopéen, parcourait la grève sans cesse et seul l'exorcisme pratiqué par un jésuite en 1668 aurait permis à ses victimes d'en être délivrées. Ce monstre répondait au nom micmac de Matsi, méchant, qui aurait été déformé en méchin. Selon certains, il conviendrait davantage de s'en remettre à la version suivant laquelle on aurait qualifié de méchants, transformé en méchins, certains rochers qui s'avancent dans la mer et qui rendaient la navigation périlleuse. Par ailleurs, le surnom des Méchinois, les Méchants, en outre de paraître naturel à cause de la proximité phonique avec Méchins, accrédite en quelque sorte la légende micmaque. Enfin, bien qu'on ne puisse établir de liens directs entre les toponymes, il est intéressant de noter qu'un écart de la commune de Vensat, dans le département du Puy-de-Dôme, à une quarantaine de kilomètres au nord de Clermont-Ferrand, en France, porte aussi le nom de Les Méchins. Située à l'est de Matane, à 109 km de Sainte-Flavie et à 30 km de Sainte-Félicité, la localité actuelle des Méchins résulte de la fusion, en 1982, de Saint-Paulin-Dalibaire (1954), de Saint-Thomas-de-Cherbourg (1954) et des Méchins (1952), laquelle avait été érigée en 1877 comme municipalité des cantons unis de Dalibaire-et-Romieu. Alors que Romieu identifie un ancien fonctionnaire sous le Régime français, peut-être le chirurgien Pierre Romieux (1636?-1675?), Dalibaire ou Dalibert fait allusion à l'un des premiers directeurs de la Compagnie des Indes occidentales en 1664, patronyme qui identifiait un bureau de poste entre 1867 et 1938. Ouvert en 1859 par l'arrivée de trois familles, le village a connu un essor particulier à compter de 1880, grâce à l'agriculture, à la présence de boucaneries à harengs et à l'activité maritime, des navires y ayant même été construits à la fin du XIXe siècle. La paroisse de Saint-Édouard-des-Méchins, érigée canoniquement en 1911, était desservie comme mission à compter de 1876. Toutefois, la chapelle et les registres n'ont été ouverts qu'en 1880.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
MAGNAN, Hormisdas, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la province de Québec, Arthabaska, Imprimerie d'Arthabaska, 1925, 738 p.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Les Méchins

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Bas-Saint-Laurent

Municipalité régionale de comté (MRC) La Matanie

Municipalité Les Méchins (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 08005

Latitude nord     Longitude ouest 49° 00' 00" 66° 59' 00"

Coordonnées décimales -66.98333      49

Carte topographique 1/50 000 22G/02

Carte topographique 1/20 000 22G/02-0101

Anciens noms

  • Grands-Méchins  (Hameau)

  • Saint-Paulin-Dalibaire  (Municipalité de paroisse)

  • Saint-Thomas-de-Cherbourg  (Municipalité de paroisse)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012