Retour aux résultats Version imprimable

N’est plus le nom officiel de ce lieu. Celui-ci s’appelle maintenant L'Épiphanie  - Nom officiel

Origine et signification Il est à noter que cette municipalité de paroisse n'existe plus depuis le 23 mai 2018. En effet, à cette date, la ville de L'Épiphanie et la municipalité de la paroisse de L'Épiphanie se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de L'Épiphanie.

Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de L'Épiphanie.

Bornée au sud par Mascouche, Le Gardeur et L'Assomption, la municipalité de la paroisse de L'Épiphanie prend place dans la région de Lanaudière, à 33 km au sud de Joliette.

Dès 1732, l'endroit a été connu sous l’appellation L'Achigan, reprenant ainsi le nom de la rivière coulant sur son territoire. Ce n’est qu’en 1853 que la dénomination L'Épiphanie apparaît. Cela coïncidait avec le moment de l'établissement canonique de la paroisse, qui venait de se séparer de L'Assomption. L'érection municipale devait survenir deux ans plus tard, précédée, en 1854, de l'érection civile. Les historiens, dont Pierre-Georges Roy (1870-1953), s'accordent généralement à voir dans ce nom la transposition d'une coutume des Sulpiciens. Ceux-ci étaient propriétaires de la seigneurie Saint-Sulpice à l'intérieur de laquelle une grande partie du territoire de L'Épiphanie était incluse. Le 6 janvier de chaque année, jour de L'Épiphanie ou de la visite des Rois mages à Jésus, les Sulpiciens venaient célébrer une messe et en profitaient pour percevoir les rentes seigneuriales qui leur étaient dues. Monseigneur Bourget, évêque de Montréal de 1840 à 1876, aurait voulu ainsi rappeler cette coutume en retenant le nom L'Épiphanie. Il n'est pas sans intérêt de signaler que la première messe a été célébrée dans un vieux moulin à farine situé près du village, un jour des Rois!

Les Sulpiciens avaient construit, au début du XVIIIe siècle, quelques moulins, grâce aux rapides de la rivière de l'Achigan et ainsi favorisé la venue de nombreux marchands, artisans et paysans, dont un contingent d'Acadiens vers 1766. Les Épiphaniens ont reçu le surnom de Chutons probablement à cause de l'importance des ruptures de pente que l'on peut observer sur le cours de la rivière de l'Achigan.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date de désofficialisation 2018-08-30

Spécifique L'Épiphanie

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité de paroisse

Région administrative Lanaudière

Municipalité régionale de comté (MRC) L'Assomption

Municipalité L'Épiphanie (Ville)

Code géographique de la municipalité 60037

Ancien nom

  • L'Épiphanie  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité de paroisse n'existe plus depuis le 23 mai 2018. En effet, à cette date, la ville de L'Épiphanie et la municipalité de la paroisse de L'Épiphanie se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de L'Épiphanie.

    Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de L'Épiphanie.

    Bornée au sud par Mascouche, Le Gardeur et L'Assomption, la municipalité de la paroisse de L'Épiphanie prend place dans la région de Lanaudière, à 33 km au sud de Joliette.

    Dès 1732, l'endroit a été connu sous l’appellation L'Achigan, reprenant ainsi le nom de la rivière coulant sur son territoire. Ce n’est qu’en 1853 que la dénomination L'Épiphanie apparaît. Cela coïncidait avec le moment de l'établissement canonique de la paroisse, qui venait de se séparer de L'Assomption. L'érection municipale devait survenir deux ans plus tard, précédée, en 1854, de l'érection civile. Les historiens, dont Pierre-Georges Roy (1870-1953), s'accordent généralement à voir dans ce nom la transposition d'une coutume des Sulpiciens. Ceux-ci étaient propriétaires de la seigneurie Saint-Sulpice à l'intérieur de laquelle une grande partie du territoire de L'Épiphanie était incluse. Le 6 janvier de chaque année, jour de L'Épiphanie ou de la visite des Rois mages à Jésus, les Sulpiciens venaient célébrer une messe et en profitaient pour percevoir les rentes seigneuriales qui leur étaient dues. Monseigneur Bourget, évêque de Montréal de 1840 à 1876, aurait voulu ainsi rappeler cette coutume en retenant le nom L'Épiphanie. Il n'est pas sans intérêt de signaler que la première messe a été célébrée dans un vieux moulin à farine situé près du village, un jour des Rois!

    Les Sulpiciens avaient construit, au début du XVIIIe siècle, quelques moulins, grâce aux rapides de la rivière de l'Achigan et ainsi favorisé la venue de nombreux marchands, artisans et paysans, dont un contingent d'Acadiens vers 1766. Les Épiphaniens ont reçu le surnom de Chutons probablement à cause de l'importance des ruptures de pente que l'on peut observer sur le cours de la rivière de l'Achigan.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012