Retour aux résultats Version imprimable

N’est plus le nom officiel de ce lieu. Celui-ci s’appelle maintenant Rivière-du-Loup  - Nom officiel

Origine et signification Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 30 décembre 1998. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup et la ville de Rivière-du-Loup se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Rivière-du-Loup. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup. La paroisse souche qui a donné naissance à la ville de Rivière-du-Loup et qui en circonscrit en partie le territoire est située à 4 km de celle-ci de centre à centre, entre Notre-Dame-du-Portage et Saint-Georges-de-Cacouna. Dans la partie est du territoire coule le ruisseau à Dionne et les eaux de la rivière du Loup arrosent partiellement cette étendue. Quelques lacs et cours d'eau parsèment les terres environnantes dont le relief prend la forme de terrasses superposées. À l'origine, la mission de Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup, fondée en 1683, faisait partie des seigneuries de la Rivière-du-Loup, Verbois et Leparc. La première messe y ayant été célébrée en 1792, dans la première chapelle, le jour de la fête de saint Patrice ou Patrick, on a tout naturellement adopté son patronyme pour identifier la paroisse, auquel on a joint le nom de la seigneurie concédée à Charles Aubert de La Chesnaye en 1673. Érigée canoniquement en 1833 et civilement en 1842, elle transmettra sa dénomination à la municipalité de paroisse créée en 1855. Cependant, cette dernière avait été précédée par l'établissement, en 1845, de la municipalité de Rivière-du-Loup-en-Bas, appellation qui identifiera le bureau de poste de 1828 à 1937. On voulait ainsi distinguer l'endroit de Rivière-du-Loup-en-Haut, devenue depuis Louiseville. En 1852, les paroisses de Saint-Antonin et de Notre-Dame-du-Portage seront constituées à même le territoire de Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup, alors que la municipalité du village de Fraserville, devenue la ville de Rivière-du-Loup en 1919, s'était séparée de la municipalité de paroisse en 1850. Les Patriçois doivent leur gentilé à saint Patrick (vers 389-vers 461), enlevé par des pirates d'Irlande à l'âge de 16 ans. Sacré évêque vers 432, il évangélisera l'Irlande jusqu'à sa mort. Jadis, Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup, desservie par le chemin de fer depuis longtemps, constituait un lieu de villégiature populaire du Bas-Saint-Laurent, grâce à la beauté de ses paysages et à la proximité du fleuve. Entre autres personnalités, les premiers ministres sir John A. Macdonald et Louis Saint-Laurent s'y reposaient l'été des tracas de l'administration du pays. Dès 1873, les lieux recevaient le titre de Capitale estivale du Canada. Voir : Rivière-du-Loup (ville).

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date de désofficialisation 1999-02-05

Spécifique Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité de paroisse

Région administrative Bas-Saint-Laurent

Municipalité régionale de comté (MRC) Rivière-du-Loup

Municipalité Rivière-du-Loup (Ville)

Code géographique de la municipalité 12072

Ancien nom

  • Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 30 décembre 1998. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup et la ville de Rivière-du-Loup se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Rivière-du-Loup. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup. La paroisse souche qui a donné naissance à la ville de Rivière-du-Loup et qui en circonscrit en partie le territoire est située à 4 km de celle-ci de centre à centre, entre Notre-Dame-du-Portage et Saint-Georges-de-Cacouna. Dans la partie est du territoire coule le ruisseau à Dionne et les eaux de la rivière du Loup arrosent partiellement cette étendue. Quelques lacs et cours d'eau parsèment les terres environnantes dont le relief prend la forme de terrasses superposées. À l'origine, la mission de Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup, fondée en 1683, faisait partie des seigneuries de la Rivière-du-Loup, Verbois et Leparc. La première messe y ayant été célébrée en 1792, dans la première chapelle, le jour de la fête de saint Patrice ou Patrick, on a tout naturellement adopté son patronyme pour identifier la paroisse, auquel on a joint le nom de la seigneurie concédée à Charles Aubert de La Chesnaye en 1673. Érigée canoniquement en 1833 et civilement en 1842, elle transmettra sa dénomination à la municipalité de paroisse créée en 1855. Cependant, cette dernière avait été précédée par l'établissement, en 1845, de la municipalité de Rivière-du-Loup-en-Bas, appellation qui identifiera le bureau de poste de 1828 à 1937. On voulait ainsi distinguer l'endroit de Rivière-du-Loup-en-Haut, devenue depuis Louiseville. En 1852, les paroisses de Saint-Antonin et de Notre-Dame-du-Portage seront constituées à même le territoire de Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup, alors que la municipalité du village de Fraserville, devenue la ville de Rivière-du-Loup en 1919, s'était séparée de la municipalité de paroisse en 1850. Les Patriçois doivent leur gentilé à saint Patrick (vers 389-vers 461), enlevé par des pirates d'Irlande à l'âge de 16 ans. Sacré évêque vers 432, il évangélisera l'Irlande jusqu'à sa mort. Jadis, Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup, desservie par le chemin de fer depuis longtemps, constituait un lieu de villégiature populaire du Bas-Saint-Laurent, grâce à la beauté de ses paysages et à la proximité du fleuve. Entre autres personnalités, les premiers ministres sir John A. Macdonald et Louis Saint-Laurent s'y reposaient l'été des tracas de l'administration du pays. Dès 1873, les lieux recevaient le titre de Capitale estivale du Canada. Voir : Rivière-du-Loup (ville).

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012