Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Félix-de-Kingsey

Origine et signification La situation géographique de cette municipalité, plantée dans un décor grandiose presque au sommet de la « montagne de Kingsey » ou mont Saint-Félix d'où elle domine les campagnes des alentours, constitue une forte attraction pour le touriste de passage. Elle se trouve à une quinzaine de kilomètres au nord de Richmond, dans la région administrative du Centre-du-Québec, bornée au nord-est par Kingsey Falls et au sud par Shipton et Cleveland.

Les premiers colons sont des immigrants loyalistes venus des États-Unis. Les Wadleigh (Vermont) en 1800, les Moore (New Hampshire) en 1802, les Wentworth (Connecticut) en 1804 et les Abercrombie (Vermont) en 1805. Tous occupaient des terres en bordure de la rivière Saint-François. Notons que près de 4 900 ha du canton de Kingsey ont été concédés, en 1802, à George Langmore, médecin de la garnison de Québec. Un peu plus tard, des Britanniques venus directement d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande s'établissent dans Kingsey à partir des années 1820. Dans ce microcosme anglophone s'insère, en 1825, une seule famille canadienne-française, celle de Louis Bousquet. Cependant, plusieurs compatriotes de Gentilly, de Saint-Grégoire ou de Bécancour les rejoignent et s'installent sur des terres situées dans les 6e, 7e, 8e et 9e rangs. Si bien qu'en 1831, les Canadiens français comptent pour le tiers des effectifs de Kingsey, d'où le nom French Village à la fin du XVIIIe siècle.

Deux explications sont proposées quant à l'origine du nom du canton, de la municipalité érigée en 1845 et du bureau de poste créé en 1836. Suivant l'une, la plus plausible, la dénomination rappellerait celle d'un village du comté d'Oxford, en Angleterre. Quant à l'autre, qui veut qu'il s'agisse du nom de l'arpenteur J. S. Kingsey, qui aurait procédé à la division des terres du canton, elle se révèle moins recevable, car l'appellation figurait sur la carte de Gale et Duberger en 1795, avant tout arpentage effectué sur le terrain. En 1999, la municipalité du canton de Kingsey devenait la municipalité de Saint-Félix-de-Kingsey. L'endroit est desservi, de nos jours, par la paroisse de Saint-Félix et par le bureau de poste de Saint-Félix-de-Kingsey. L'agriculture kingséenne constitue la principale activité, malgré la présence de nombreux commerces et de petites industries.



Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Site Web de la municipalité de Saint-Félix-de-Kingsey.

Date d'officialisation 2000-01-20

Spécifique Saint-Félix-de-Kingsey

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Centre-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) Drummond

Municipalité Saint-Félix-de-Kingsey (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 49005

Latitude nord     Longitude ouest 45° 48' 00" 72° 11' 00"

Coordonnées décimales -72.18333      45.8

Carte topographique 1/50 000 31H/16

Carte topographique 1/20 000 31H/16-0102

Ancien nom

  • Kingsey  (Municipalité de canton)

    Il est à noter que le nom et le statut de cette municipalité ont été changés le 13 novembre 1999. En effet, à cette date, la municipalité du canton de Kingsey est devenue la municipalité de Saint-Félix-de-Kingsey. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de canton. La situation géographique de cette localité du canton de Kingsey, plantée dans un décor grandiose presque au sommet de la « montagne de Kingsey » ou mont Saint-Félix d'où elle domine les campagnes des alentours, constitue une forte attraction pour le touriste de passage. Elle se trouve à une quinzaine de kilomètres au nord de Richmond, dans la région administrative de la Mauricie–Bois-Francs, bornée au nord-est par Kingsey Falls et au sud par Shipton et Cleveland. Cette municipalité a été peuplée vers 1800 par des Irlandais et des Canadiens français, quoique la proportion plus grande de ces derniers ait suscité l'appellation French Village à l'extrême fin du XVIIIe siècle. Près de 4 900 ha du canton de Kingsey ont été concédés, en 1802, à George Langmore, médecin de la garnison de Québec. Deux explications sont proposées quant à l'origine du nom du canton, de la municipalité érigée en 1845 et du bureau de poste créé en 1836. Suivant l'une, la plus plausible, la dénomination rappellerait celle d'un village du comté d'Oxford, en Angleterre. Quant à l'autre, qui veut qu'il s'agisse du nom de l'arpenteur J. S. Kingsey, qui aurait procédé à la division des terres du canton, elle se révèle moins recevable, car l'appellation figurait sur la carte de Gale et Duberger en 1795, avant tout arpentage effectué sur le terrain. L'endroit est desservi, de nos jours, par la paroisse de Saint-Félix et par le bureau de poste de Saint-Félix-de-Kingsey. L'agriculture kingséenne constitue la principale activité, malgré la présence de nombreux commerces et de petites industries.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012