Retour aux résultats Version imprimable

Sainte-Agathe-de-Lotbinière

Origine et signification Les défricheurs qui ouvrent, vers 1830, le territoire situé immédiatement au sud de Saint-Octave-de-Dosquet, dans la région administrative de la Chaudière-Appalaches, MRC de Lotbinière, étaient en majorité des Irlandais. Or, comme sainte Agathe est une vierge martyre très honorée des Irlandais, on a retenu son nom pour identifier la paroisse érigée canoniquement en 1853, dont le territoire appartenait auparavant à Saint-Gilles, de même que le bureau de poste établi en 1858. L'histoire municipale se résume à ceci : la municipalité du canton de Nelson est créée en 1855 alors que la municipalité de la paroisse de Sainte-Agathe l'est en 1857; en 1914, la municipalité du village de Sainte-Agathe est créée à la suite de son détachement de la municipalité de paroisse; en 1985, le regroupement de la municipalité de paroisse et de la municipalité de canton donne naissance à la nouvelle municipalité de la paroisse de Sainte-Agathe; en 1999, est constituée la municipalité de Sainte-Agathe-de-Lotbinière à la suite du regroupement de la municipalité de village et de la municipalité de paroisse. Ainsi, dans l'histoire, l'amiral anglais Horatio Nelson (1758-1805), vainqueur de Trafalgar, voisine avec la vierge martyre Agathe. Assassinée en 251, cette jeune femme a dû subir d'affreux tourments pour avoir repoussé les avances d'un fonctionnaire romain. Le village est situé à un carrefour routier assez ancien et d'importance régionale, celui des routes 218 et 271. L'une de ces voies correspond à l'ancien chemin Gosford, toujours l'un des odonymes principaux de l'endroit. C'est d'ailleurs le tracé des chemins Craig et Gosford qui a favorisé le peuplement de cette région vers le milieu du XIXe siècle. On relève sur les deux territoires des patronymes anglais comme Allen, Brady, Cameron, Maguire, McGinley, Powell..., assortis fréquemment de prénoms français. Les nombreux cours d'eau qui coulent sur ce territoire, notamment les rivières du Chêne, Palmer, aux Chevreuils et Saint-Georges permettent aux Agathois de s'adonner à la pêche et ont contribué à faire de l'endroit un des lieux enchanteurs de la région. On peut y admirer un pont couvert assez célèbre sur la Palmer, près de jolies chutes, le pont Rouge. Construit en 1928, il mesure 40 m et constitue le plus long des trois ponts couverts de Lotbinière.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1999-04-30

Spécifique Sainte-Agathe-de-Lotbinière

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) Lotbinière

Municipalité Sainte-Agathe-de-Lotbinière (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 33017

Latitude nord     Longitude ouest 46° 23' 00" 71° 25' 00"

Coordonnées décimales -71.41666      46.38333

Carte topographique 1/50 000 21L/06

Carte topographique 1/20 000 21L/06-0201

Anciens noms

  • Nelson  (Municipalité de canton)

  • Sainte-Agathe  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 3 février 1999. En effet, à cette date, la municipalité du village de Sainte-Agathe et la municipalité de la paroisse de Sainte-Agathe se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Sainte-Agathe-de-Lotbinière. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de village. Bien peu d'éléments particularisent les municipalités du village et de la paroisse de Sainte-Agathe, dans Lotbinière. En effet, elles partagent la même origine dénominative, leurs citoyens, le même gentilé reconnu, Agathois, et le territoire de la municipalité de village faisait originellement partie de celui de la municipalité de paroisse. Le village est situé à un carrefour routier assez ancien et d'importance régionale, celui des routes 218 et 271. L'une de ces voies correspond à l'ancien chemin Gosford, toujours l'un des odonymes principaux de l'endroit. C'est d'ailleurs le tracé des chemins Craig et Gosford qui a favorisé le peuplement de cette région vers le milieu du XIXe siècle. On relève sur les deux territoires des patronymes anglais comme Allen, Brady, Cameron, Maguire, McGinley, Powell..., assortis fréquemment de prénoms français. Il convient cependant de signaler que la municipalité de village n'existe que depuis 1914, en regard de 1857 pour la municipalité de paroisse. Celle-ci dispose d'un territoire 30 fois plus étendu que l'espace occupé par la municipalité de village qui épouse approximativement la forme d'une croix. La municipalité de village renferme l'église, les établissements commerciaux, les services (écoles, caisse populaire), quelques ateliers et petites industries. Enfin, la municipalité de paroisse n'a suscité aucun surnom particulier, alors que celle du village est reconnue comme la Perle de Lotbinière, la plus jolie pièce de l'écrin lotbiniérien.

  • Sainte-Agathe  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 3 février 1999. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Sainte-Agathe et la municipalité du village de Sainte-Agathe se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Sainte-Agathe-de-Lotbinière. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de paroisse. Les défricheurs qui ouvrent, vers 1830, le territoire situé immédiatement au sud de Saint-Octave-de-Dosquet, dans la région administrative de la Chaudière-Appalaches, MRC de Lotbinière, étaient en majorité des Irlandais. Or, comme sainte Agathe est une vierge martyre très honorée des Irlandais, on a retenu son nom pour identifier la paroisse érigée canoniquement en 1853, dont le territoire appartenait auparavant à Saint-Gilles, de même que le bureau de poste établi en 1858. Dans l'optique municipale, la municipalité du canton de Nelson, créée en 1855, fusionnera à la municipalité de la paroisse de Sainte-Agathe (1857) – dont le nom a été masculinisé en Saint Agathe dans le texte anglais de la Gazette officielle! – pour former l'actuelle Sainte-Agathe en 1985. Ainsi, dans l'histoire, l'amiral anglais Horatio Nelson (1758-1805), vainqueur de Trafalgar, voisine avec la vierge martyre Agathe. Assassinée en 251, cette jeune femme a dû subir d'affreux tourments pour avoir repoussé les avances d'un fonctionnaire romain. Les nombreux cours d'eau qui coulent sur ce territoire, notamment les rivières du Chêne, Palmer, aux Chevreuils et Saint-Georges permettent aux Agathois de s'adonner à la pêche et ont contribué à faire de l'endroit un des lieux enchanteurs de la région. On peut y admirer un pont couvert assez célèbre sur la Palmer, près de jolies chutes, le pont Rouge. Construit en 1928, il mesure 40 m et constitue le plus long des trois ponts couverts de Lotbinière.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012