Retour aux résultats Version imprimable

N’est plus le nom officiel de ce lieu. Celui-ci s’appelle maintenant Fortierville  - Nom officiel

Origine et signification Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 3 juin 1998. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Sainte-Philomène-de-Fortierville et la municipalité du village de Fortierville se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Fortierville. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de Sainte-Philomène-de-Fortierville. Le territoire de cette municipalité de la région de Lotbinière épouse une forme très irrégulière dans sa partie nord tout particulièrement du côté de Parisville, à 40 km au nord-est de Bécancour, dans le voisinage de Sainte-Françoise. La colonisation débute en ces lieux vers 1850, grâce à la venue de familles de Deschaillons et de Saint-Pierre-les-Becquets, et est marquée par l'instauration de la paroisse de Sainte-Philomène-de-Fortierville en 1878. L'érection canonique de cette dernière surviendra en 1881. C'est la dénomination de celle-ci que reprendra la municipalité de paroisse établie en 1882, par suite de son détachement du territoire de Saint-Jean-de-Deschaillons. Le nom Fortierville, attribué au bureau de poste dès 1885, sous lequel on désigne couramment l'endroit, rappelle une famille Fortier qui compte parmi les pionnières. Par ailleurs, le premier maire de la localité, en 1883, avait pour nom Wilbrod Fortier. Quant au constituant Sainte-Philomène, il est tributaire de la dévotion du premier desservant de la paroisse, l'abbé Pierre-Léon Lahaye (1820-1873), qui fut notamment curé de Saint-Jean-de-Deschaillons (1867-1873), à l'endroit de cette sainte dont il a recommandé le patronage. Identifiée sous le nom latin de Filumena, cette fille d'un roi de Grèce aurait subi le martyre pour avoir refusé les avances de l'empereur Dioclétien et son corps aurait été découvert à Rome en 1802. On s'accorde généralement pour reconnaître que cette sainte doit son existence à l'imagination populaire et aux visions d'une religieuse italienne. Sa fête a été supprimée du calendrier liturgique par le pape Jean XXIII en 1961. Au XIXe siècle, son culte s'est répandu en France sous l'impulsion du saint curé d'Ars, Jean-Marie-Baptiste Vianney (1786-1859). Voir : Fortierville (municipalité de village).

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date de désofficialisation 1998-08-28

Spécifique Sainte-Philomène-de-Fortierville

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité de paroisse

Région administrative Centre-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) Bécancour

Municipalité Fortierville (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 38047

Anciens noms

  • Fortierville  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 3 juin 1998. En effet, à cette date, la municipalité du village de Fortierville et la municipalité de la paroisse de Sainte-Philomène-de-Fortierville se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Fortierville. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Fortierville. Détachée du territoire de la municipalité de la paroisse de Sainte-Philomène-de-Fortierville, la municipalité du village de Fortierville était érigée en 1913, à l'intérieur des terres, à peu de distance au nord-est de Sainte-Cécile-de-Lévrard et de Sainte-Sophie-de-Lévrard, dans la partie orientale de la MRC de Bécancour. Les Fortiervillois sont redevables de leur gentilé à une famille Fortier qui compte parmi les premiers arrivants et qui s'est activement impliquée dans le développement du village naissant. Voir : Sainte-Philomène-de-Fortierville (municipalité de paroisse).

  • Sainte-Philomène-de-Fortierville  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 3 juin 1998. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Sainte-Philomène-de-Fortierville et la municipalité du village de Fortierville se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Fortierville. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de Sainte-Philomène-de-Fortierville. Le territoire de cette municipalité de la région de Lotbinière épouse une forme très irrégulière dans sa partie nord tout particulièrement du côté de Parisville, à 40 km au nord-est de Bécancour, dans le voisinage de Sainte-Françoise. La colonisation débute en ces lieux vers 1850, grâce à la venue de familles de Deschaillons et de Saint-Pierre-les-Becquets, et est marquée par l'instauration de la paroisse de Sainte-Philomène-de-Fortierville en 1878. L'érection canonique de cette dernière surviendra en 1881. C'est la dénomination de celle-ci que reprendra la municipalité de paroisse établie en 1882, par suite de son détachement du territoire de Saint-Jean-de-Deschaillons. Le nom Fortierville, attribué au bureau de poste dès 1885, sous lequel on désigne couramment l'endroit, rappelle une famille Fortier qui compte parmi les pionnières. Par ailleurs, le premier maire de la localité, en 1883, avait pour nom Wilbrod Fortier. Quant au constituant Sainte-Philomène, il est tributaire de la dévotion du premier desservant de la paroisse, l'abbé Pierre-Léon Lahaye (1820-1873), qui fut notamment curé de Saint-Jean-de-Deschaillons (1867-1873), à l'endroit de cette sainte dont il a recommandé le patronage. Identifiée sous le nom latin de Filumena, cette fille d'un roi de Grèce aurait subi le martyre pour avoir refusé les avances de l'empereur Dioclétien et son corps aurait été découvert à Rome en 1802. On s'accorde généralement pour reconnaître que cette sainte doit son existence à l'imagination populaire et aux visions d'une religieuse italienne. Sa fête a été supprimée du calendrier liturgique par le pape Jean XXIII en 1961. Au XIXe siècle, son culte s'est répandu en France sous l'impulsion du saint curé d'Ars, Jean-Marie-Baptiste Vianney (1786-1859). Voir : Fortierville (municipalité de village).

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012