Retour aux résultats Version imprimable

Dolbeau
N’est plus le nom officiel de ce lieu. Celui-ci s’appelle maintenant Dolbeau-Mistassini  - Nom officiel
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Il est à noter que cette ville n'existe plus depuis le 17 décembre 1997. En effet, à cette date, les villes de Dolbeau et de Mistassini se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Dolbeau-Mistassini. L'appellation « Dolbeau » a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne ville du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne ville de Dolbeau. La ville jeannoise de Dolbeau, située dans le canton de Parent, à environ 65 km d'Alma, sur la rive ouest de la rivière Mistassini, à la confluence de celle-ci, de la Mistassibi et de la rivière aux Rats, remonte à 1927, tout comme le bureau de poste homonyme. Elle doit son existence à l'usine à papier journal établie par la Lake Saint John Power and Paper Co., devenue depuis la Domtar, qui assure encore la prospérité des Dolbiens, de même que celle des travailleurs de la ville voisine de Mistassini. Le fondateur de la ville, l'industriel anglais Emil Andrew Wallberg, demeure encore présent dans le souvenir des citoyens grâce à l'artère la plus importante de la ville qui porte son nom. Le canton, du même nom, situé sur la rive gauche de la rivière, honore tout comme la ville l'action du père Jean Dolbeau (1586-1652), originaire de l'Anjou, récollet, ardent évangélisateur des Montagnais de Tadoussac et du Lac-Saint-Jean, de 1615 à 1617, puis de 1618 à 1620. En 1929, on procédait à l'érection canonique de la paroisse de Sainte-Thérèse-d'Avila; depuis 1962, une seconde paroisse, Saint-Jean-de-la-Croix, dessert une partie de la population de Dolbeau. Outre la papeterie, la ville de Dolbeau compte un important observatoire d'astronomie. Depuis 1972, se tiennent en juillet les 10 Jours western de Dolbeau qui attirent de nombreux visiteurs.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date de désofficialisation 1998-03-04

Spécifique Dolbeau

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Saguenay–Lac-Saint-Jean

Municipalité régionale de comté (MRC) Maria-Chapdelaine

Municipalité Dolbeau-Mistassini (Ville)

Code géographique de la municipalité 92022

Longitude ouest     Latitude nord 72° 14' 00" 48° 53' 00"

Coordonnées décimales -72.23333, 48.88333

Carte topographique 1/50 000 32A/16

Carte topographique 1/20 000 32A/16-0202

Anciens noms

  • Dolbeau  (Ville)

    Il est à noter que cette ville n'existe plus depuis le 17 décembre 1997. En effet, à cette date, les villes de Dolbeau et de Mistassini se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Dolbeau-Mistassini. L'appellation « Dolbeau » a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne ville du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne ville de Dolbeau. La ville jeannoise de Dolbeau, située dans le canton de Parent, à environ 65 km d'Alma, sur la rive ouest de la rivière Mistassini, à la confluence de celle-ci, de la Mistassibi et de la rivière aux Rats, remonte à 1927, tout comme le bureau de poste homonyme. Elle doit son existence à l'usine à papier journal établie par la Lake Saint John Power and Paper Co., devenue depuis la Domtar, qui assure encore la prospérité des Dolbiens, de même que celle des travailleurs de la ville voisine de Mistassini. Le fondateur de la ville, l'industriel anglais Emil Andrew Wallberg, demeure encore présent dans le souvenir des citoyens grâce à l'artère la plus importante de la ville qui porte son nom. Le canton, du même nom, situé sur la rive gauche de la rivière, honore tout comme la ville l'action du père Jean Dolbeau (1586-1652), originaire de l'Anjou, récollet, ardent évangélisateur des Montagnais de Tadoussac et du Lac-Saint-Jean, de 1615 à 1617, puis de 1618 à 1620. En 1929, on procédait à l'érection canonique de la paroisse de Sainte-Thérèse-d'Avila; depuis 1962, une seconde paroisse, Saint-Jean-de-la-Croix, dessert une partie de la population de Dolbeau. Outre la papeterie, la ville de Dolbeau compte un important observatoire d'astronomie. Depuis 1972, se tiennent en juillet les 10 Jours western de Dolbeau qui attirent de nombreux visiteurs.

  • Mistassini  (Ville)

    Il est à noter que cette ville n'existe plus depuis le 17 décembre 1997. En effet, à cette date, les villes de Mistassini et de Dolbeau se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Dolbeau-Mistassini. L'appellation « Mistassini » a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne ville du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne ville de Mistassini. Cas exceptionnel au Québec, ce sont des trappistes d'Oka qui ont en quelque sorte contribué à la naissance de cette ville. En 1892, le gouvernement de Charles Boucher de Boucherville leur cède 2 025 ha de terrain entre les rivières Mistassini et Mistassibi, au Lac-Saint-Jean, pour qu'ils favorisent la colonisation, dans le territoire voisin de la future ville de Dolbeau. Ceux-ci s'installent d'abord à l'embouchure de la Mistassibi, puis sur la côte. La paroisse de Saint-Michel-de-Mistassini est fondée en 1895. La ville, née de la fusion de Saint-Michel-de-Mistassini (1897) et de la municipalité du village de Mistassini (créée en 1930 et devenue ville en 1947) en 1976, occupe les deux rives de la Mistassibi, près de son point de confluence avec la Mistassini, à environ 25 km de l'embouchure de celle-ci. Même si les Pères, comme on les appelle amicalement là-bas, ont quitté leur monastère au début des années 1980 pour une retraite plus adaptée au calme que nécessite la vie monastique, à 20 km plus loin, à Saint-Eugène, la ville continue tout doucement son expansion commerciale, entreprise lors de la construction du barrage de Chute-des-Passes sur la Péribonka en 1944. Les Mistassiniens ont institué un Festival du bleuet célébré en août de chaque année dans la Capitale du bleuet et peint en bleu, il y a quelques années, les lampadaires de la ville.

  • Saint-Michel-de-Mistassini  (Municipalité)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : août 2015

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012