Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Félix-de-Valois

Origine et signification La nouvelle municipalité de Saint-Félix-de-Valois a été créée le 24 décembre 1997. Elle est issue du regroupement de la municipalité de la paroisse de Saint-Félix-de-Valois et de la municipalité du village de Saint-Félix-de-Valois. À une trentaine de kilomètres au nord-est de Rawdon et au sud-est de Saint-Jean-de-Matha, dans Lanaudière, se dresse la municipalité de Saint-Félix-de-Valois. Sillonné de rivières (Bayonne, L'Assomption) et de ruisseaux (Rainville, de la Perdrix), l'endroit, au pied des premiers contreforts des Laurentides, s'inscrit dans l'importante plaine qui entoure le territoire de Joliette. Jadis, Saint-Félix-de-Valois appartenait à la seigneurie de Berthier. Vers 1830, un petit groupe de pionniers d'origines anglaise, écossaise et irlandaise ouvre cet espace à la civilisation. Bientôt, la paroisse de Saint-Félix-de-Valois, connue comme mission de 1840 à 1843, sera érigée canoniquement, d'abord en 1840, puis en 1844, par suite de son détachement de la paroisse de Sainte-Élisabeth. Par la suite, le bureau de poste, établi en 1851, et la municipalité de paroisse, une première fois érigée en 1845, abolie deux ans plus tard et rétablie en 1855, reprendront cette appellation. La proximité de la fête de saint Félix de Valois, le 20 novembre, alors que la paroisse a été érigée le 14 novembre 1840, a pu inciter les autorités d'alors à choisir le nom de ce saint. Cependant, comme il a vécu avec saint Jean de Matha, dont le nom a été retenu pour la paroisse voisine au nord, il est possible que ce fait ait joué un certain rôle. Saint Félix de Valois (vers 1127-1212) est l'un des fondateurs de l'ordre des Trinitaires (1197) qui avait pour mission de racheter les chrétiens captifs des Maures. Il vécut en ermite et se mortifia beaucoup. Une autre entité municipale, la municipalité du village de Saint-Félix-de-Valois, entièrement enclavée dans la municipalité de la paroisse, dont elle avait été détachée en 1926, occupait une superficie de moins de 2 km². Dénommée couramment « Saint-Félix », la municipalité peut compter sur une large production avicole, la première historiquement de la région lanaudoise, pour assurer une certaine prospérité aux Féliciens. Le célèbre auteur Réjean Ducharme, qui obtenait le Prix du Gouverneur général en 1967 pour L'Avalée des avalés (1966), est né à Saint-Félix-de-Valois en 1942.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1998-03-04

Spécifique Saint-Félix-de-Valois

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Lanaudière

Municipalité régionale de comté (MRC) Matawinie

Municipalité Saint-Félix-de-Valois (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 62007

Latitude nord     Longitude ouest 46° 10' 00" 73° 26' 00"

Coordonnées décimales -73.43333      46.16666

Carte topographique 1/50 000 31I/03

Carte topographique 1/20 000 31I/03-0201

Anciens noms

  • Saint-Félix-de-Valois  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 24 décembre 1997. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Saint-Félix-de-Valois et la municipalité du village de Saint-Félix-de-Valois se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Saint-Félix-de-Valois. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de Saint-Félix-de-Valois. À une trentaine de kilomètres au nord-est de Rawdon et au sud de Saint-Jean-de-Matha, dans Lanaudière, se dresse la municipalité de la paroisse de Saint-Félix-de-Valois. Sillonné de rivières (Bayonne, L'Assomption) et de ruisseaux (Rainville, de la Perdrix), l'endroit, au pied des premiers contreforts des Laurentides, s'inscrit dans l'importante plaine qui entoure le territoire de Joliette. Jadis, Saint-Félix-de-Valois appartenait à la seigneurie de Berthier. Vers 1830, un petit groupe de pionniers d'origine anglaise, écossaise et irlandaise ouvre cet espace à la civilisation. Bientôt, la paroisse de Saint-Félix-de-Valois, connue comme mission de 1840 à 1843, sera érigée canoniquement d'abord en 1840, puis en 1844, par suite de son détachement de la paroisse de Sainte-Élisabeth. Par la suite, le bureau de poste, établi en 1851, et la municipalité, une première fois érigée en 1845, abolie deux ans plus tard et rétablie en 1855, reprendront cette appellation. La proximité de la fête de saint Félix de Valois, le 20 novembre, alors que la paroisse a été érigée le 14 novembre 1840, a pu inciter les autorités d'alors à choisir le nom de ce saint. Cependant, comme il a vécu avec saint Jean de Matha, dont le nom a été retenu pour la paroisse voisine au nord, il est possible que ce fait ait joué un certain rôle. Saint Félix de Valois (vers 1127-1212) est l'un des fondateurs de l'ordre des Trinitaires (1197) qui avait pour mission de racheter les chrétiens captifs des Maures. Il vécut en ermite et se mortifia beaucoup. Dénommée couramment « Saint-Félix », cette municipalité peut compter sur une large production avicole, la première historiquement de la région lanaudoise, pour assurer une certaine prospérité aux Féliciens.

  • Saint-Félix-de-Valois  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 24 décembre 1997. En effet, à cette date, la municipalité du village de Saint-Félix-de-Valois et la municipalité de la paroisse de Saint-Félix-de-Valois se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Saint-Félix-de-Valois. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Saint-Félix-de-Valois. Entièrement enclavée dans la municipalité de la paroisse du même nom dont elle a été détachée en 1926, la municipalité du village occupe une superficie de moins de 2 km². En raison d'une production avicole significative, il s'est tenu pendant cinq ans un Festival de la volaille à Saint-Félix-de-Valois. Les Féliciens soulignent avec fierté que le célèbre auteur Réjean Ducharme, qui obtenait le Prix du Gouverneur général en 1967 pour L'Avalée des avalés (1966), est né à Saint-Félix-de-Valois en 1942.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012