Retour aux résultats Version imprimable

Ferme-Neuve

Origine et signification La nouvelle municipalité de Ferme-Neuve a été créée le 24 décembre 1997. Elle est issue du regroupement de la municipalité du village de Ferme-Neuve et de la municipalité de la paroisse de Ferme-Neuve. En 1902 était érigée la municipalité des cantons unis de Würtele-Moreau-et-Gravel. En 1917, la municipalité du village de Ferme-Neuve était créée à la suite de son détachement de la municipalité des cantons unis; cette dernière allait devenir la municipalité de la paroisse de Ferme-Neuve en 1930. Situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Mont-Laurier, cet endroit constitue la plus grande municipalité de la région des Laurentides avec plus de 1 030 km².

Son nom fait référence à la ferme forestière construite vers 1850 par la compagnie Maclaren qui exploitait les forêts dans la région au milieu de 19e siècle. L’établissement servait de refuge aux travailleurs forestiers et il était en même temps un centre administratif pour la compagnie. Il était utilisé comme pâturage pour les animaux de traits et de boucherie. Cette ferme était dénommée « La Ferme de la Montagne », par référence à la montagne du Diable, devenue par la suite le mont Sir-Wilfrid. La ferme fut vendue en 1888, et son acheteur, Cyrille Lafontaine, un hôtelier à Notre-Dame-du-Laus, y installe son fils Léonard qui devint, par le fait même, le 1er agriculteur officiel des lieux. On nommera très souvent cette ferme « la ferme neuve », et ce nom influencera celui de la municipalité du village. Mentionnons que ces fermes forestières seront des relais importants dans le développement de la colonisation et de l’agriculture; de nombreuses paroisses s’établiront à proximité de ces dernières.

En 1901, Lomer Gouin, alors ministre de la Colonisation, accompagné de huit journalistes, visite la région des cantons de Würtele, Moreau et Gravel (érigés en municipalité des cantons unis en 1902). De retour à Montréal, ces journalistes ont lancé une souscription publique pour bâtir une école qui devait porter le nom « École des Journalistes ». Par reconnaissance, on a baptisé Lac des Journalistes, le lac situé aux portes de Ferme-Neuve. C’est aussi au cours de cette visite que le petit lac entre Mont-Laurier et Ferme-Neuve reçut le nom Lac Pionnier.

En 1904, on procédait à l'érection canonique de la paroisse de Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement, laquelle devait faire l'objet d'une reconnaissance civile en 1916. Les Fermeneuviens vivent de l'agriculture en grande partie et du tourisme attiré par les nombreux cours d'eau qui sillonnent leur coin de pays. Ils ont adopté la devise Non nova sed nove, rien de neuf, mais d'une manière neuve, astucieux jeu de mots qui prend la dénomination municipale pour base, laquelle identifiait le bureau de poste local ouvert en 1898.



Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Ferme-Neuve 1901-1976. Album souvenir. 

Date d'officialisation 1998-03-04

Spécifique Ferme-Neuve

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Laurentides

Municipalité régionale de comté (MRC) Antoine-Labelle

Municipalité Ferme-Neuve (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 79097

Latitude nord     Longitude ouest 46° 42' 00" 75° 27' 00"

Coordonnées décimales -75.45      46.7

Carte topographique 1/50 000 31J/11

Carte topographique 1/20 000 31J/11-0101

Anciens noms

  • Ferme-Neuve  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 24 décembre 1997. En effet, à cette date, la municipalité du village de Ferme-Neuve et la municipalité de la paroisse de Ferme-Neuve se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Ferme-Neuve. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Ferme-Neuve. C'est une partie du territoire de la municipalité des cantons unis de Würtele-Moreau-et-Gravel, devenue ultérieurement celle de la paroisse de Ferme-Neuve, qui a servi à constituer la municipalité du village de Ferme-Neuve en 1917, implantée à une vingtaine de kilomètres au nord de Mont-Laurier, dans la région des Laurentides. Les Fermeneuviens ont adopté la devise Non nova sed nove, rien de neuf, mais d'une manière neuve, astucieux jeu de mots qui prend la dénomination municipale pour base, laquelle identifiait le bureau de poste local ouvert en 1898.

  • Ferme-Neuve  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 24 décembre 1997. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Ferme-Neuve et la municipalité du village de Ferme-Neuve se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Ferme-Neuve. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de Ferme-Neuve. D'abord érigée comme la municipalité des cantons unis de Würtele-Moreau-et-Gravel en 1902, celle-ci allait devenir la municipalité de la paroisse de Ferme-Neuve en 1930. Situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Mont-Laurier, cet endroit constitue la plus grande municipalité de la région des Laurentides avec près de 1 030 km². Son nom rappellerait la ferme modèle que des journalistes montréalais ont fait construire en 1902 pour attirer les colons en ces lieux. On la dénommait « La Ferme de la Montagne », par référence à la montagne du Diable, devenue par la suite le mont Sir-Wilfrid. Les huit journalistes que Lomer Gouin, ministre de la Colonisation, avait amenés avec lui ont également lancé une souscription publique pour bâtir une école qui devait porter le nom « École des Journalistes ». Par reconnaissance, on a baptisé « Lac des Journalistes », le lac situé aux portes de Ferme-Neuve. En 1904, on procédait à l'érection canonique de la paroisse de Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement, laquelle devait faire l'objet d'une reconnaissance civile en 1916. Les Fermeneuviens vivent de l'agriculture en grande partie et du tourisme attiré par les nombreux cours d'eau qui sillonnent leur coin de pays.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012