Retour aux résultats Version imprimable

Réserve faunique de Port-Cartier–Sept-Îles

Origine et signification Située au nord-ouest de Port-Cartier sur la Côte-Nord, cette réserve faunique a été établie en 1980 et succède à la réserve de chasse et de pêche de Sept-Îles–Port-Cartier. Cette dernière a été constituée en 1965 à l’intérieur d’une vaste réserve de castors dans le but d’assurer la conservation et le trappage de cette espèce au bénéfice des Autochtones. S’étalant entre les 50e et 51e degrés de latitude nord, et entre la rivière Toulnustouc à l’ouest et la zec Matimek à l’est, son territoire est abondamment arrosé à travers une topographie variant de 60 à 500 m.

La superficie de cette réserve de chasse et de pêche, qui était de 8 417 km², fut réduite une première fois en 1976 à 8 063 km² et une seconde fois en 1979, à 6 422 km², ce qui correspond à la superficie de la réserve faunique actuelle. Son nom, constitué de deux toponymes se justifiait lorsque la limite orientale de la réserve de chasse et de pêche se rendait au-dessus de Sept-Îles ; elle est moins pertinente aujourd’hui, alors que Port-Cartier sert de porte d’entrée.

En 1989, à la demande des autorités de la réserve faunique, la Commission de toponymie a attribué de façon systématique une appellation à des entités géographiques de ce territoire. Près de 1 700 lieux dépourvus de noms ont été désignés, dont plusieurs dizaines d’après des emprunts à des œuvres littéraires du Québec. Le choix des auteurs et des œuvres s’est appuyé sur l’existence d’un lien logique entre ceux-ci et le milieu de la Côte-Nord. On retrouve donc des noms tirés des poèmes de Gilles Vigneault, de Roland Jomphe et de Camille Laverdière, du roman Ashini d’Yves Thériault, de l’ouvrage Forestiers et voyageurs de Joseph-Charles Taché et du récit innu Les Oiseaux d’été de Michel Noël. Par la magie des noms créés et des mots qui les forment, la réserve faunique comprend maintenant le ruisseau Mourir-Ma-Belle, les rapides de l’Abandonné, le confluent des Équinoxes, le ruisseau de Sacakoua, le mont des Fleurs de Gel, le mont J’Y-Vois-le-Nord... Parmi les autres procédés employés pour créer des noms, on relève l’emploi d’éléments spécifiques propres à la région, les noms de familles souches de la Côte-Nord et les blasons des familles Tremblay du Québec. On a aussi attribué comme noms de lieux les noms de famille et les surnoms de soldats de la guerre de Sept Ans enrôlés dans l’armée de Montcalm ainsi que les noms de famille non françaises venues s’établir en Nouvelle-France.

Source :
COMMISSION DE TOPONYMIE. Noms et lieux du Québec : dictionnaire illustré, Québec, Les Publications du Québec, 2006, 925 p.

Date d'officialisation 1999-09-24

Spécifique Port-Cartier–Sept-Îles

Générique (avec ou sans particules de liaison) Réserve faunique de

Type d'entité Réserve faunique

Région administrative Côte-Nord

Municipalité régionale de comté (MRC) Sept-Rivières

Municipalité Lac-Walker (Territoire non organisé)

Code géographique de la municipalité 97904

Latitude nord     Longitude ouest 50° 30' 00" 67° 20' 00"

Coordonnées décimales -67.33334      50.5

Carte topographique 1/50 000 22J/06

Carte topographique 1/20 000 22J/06-0101

Ancien nom

  • Réserve faunique de Sept-Îles–Port-Cartier

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012