Retour aux résultats Version imprimable

Les Coteaux
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Depuis 1994, l'appellation Les Coteaux désigne le regroupement des municipalités des villages de Coteau-Landing et de Coteau-Station. Sur les bords du lac Saint-François, près de Coteau-du-Lac et à quelques kilomètres à l'ouest de Salaberry-de-Valleyfield sur la rive sud du lac, au pied d'un joli coteau, on retrouve le secteur de Coteau-Landing. Jadis, l'endroit faisait partie de la seigneurie de la Nouvelle-Longueuil et portait l'enchanteresse dénomination d'Anse-aux-Batteaux en la Côte de Longueuil. Dès la fin du XVIIe siècle, on y érige un poste qui sert de relais pour les voyageurs et ceux qui pratiquent la traite des fourrures. Ce n'est qu'à partir de 1771 que l'endroit sera véritablement colonisé. Le nom descriptif des lieux, évoqué en 1863 par Stanislas Drapeau, souligne le rôle d'endroit de rassemblement des canots et bateaux et figure sur des documents cartographiques du milieu du XVIIIe siècle. Autour de 1815, le nom de Coteau- Landing s'impose (Landing ayant pour sens débarcadère), propagé par les militaires installés à Coteau-du-Lac ainsi que par les commerçants anglais et soulignant la vocation de l'endroit. Cette appellation sera retenue lors de l'établissement du bureau de poste en 1847 et de la municipalité en 1853. À la création du comté de Soulanges, en 1855, le village sera désigné comme chef-lieu de ce nouveau découpage administratif. Étant donné la situation de la localité à l'extrémité ouest du vieux canal de Soulanges, les Coteau- Landais se sont livrés à diverses activités provoquées par la proximité du canal et d'une écluse qui ont entraîné l'apparition d'un centre-relais avec quai et débarcadère, très largement fréquenté en saison estivale. D'ailleurs, jadis, un navire de bois avec roues à aubes de chaque côté effectuait la navette entre Salaberry-de-Valleyfield et Coteau-Landing. En 1887, dans la version anglaise du document d'édition de la municipalité du village de Coteau-Station, devenue depuis un secteur des Coteaux, on utilise la forme «municipality of Coteau Station», alors que la transposition française des lettres patentes comporte l'expression «municipalité de la Station du Coteau». Or, malgré l'officialisation de l'appellation La Station-du-Coteau il y a plusieurs années, la dénomination courante Coteau-Station a été officiellement restituée en 1984. Ce lieu, établi sur les bords du lac Saint-François, en arrière de Coteau-Landing, voisin de Saint-Polycarpe, doit son existence à la compagnie de chemin de fer du Grand Tronc (1855) qui a donné à la gare le nom de Coteau Junction ou Jonction lors de l'inauguration de la ligne Montréal- Toronto (1905). Coteau Junction ou Jonction fut, pendant longtemps, un centre important pour la réparation de l'équipement ferroviaire. La localité est seulement appelée Coteau à partir de 1919 alors que le Grand Tronc devient le Canadien National. Comme on y venait prendre le train, le constituant Junction ou Jonction a été modifié en Station. L'élément Coteau souligne que les terres avoisinantes des bords du fleuve ont d'abord été occupées; ce périmètre était désigné sous l'appellation de Côte ou Coteau. L'hésitation dénominative est tributaire du fait que l'ancien site municipal ne se confond pas tout à fait avec celui de la station. Le territoire relevait du comté de Vaudreuil entre 1830 et 1853 et de celui de Soulanges à compter de cette date, enclos dans la seigneurie de la Nouvelle-Longueuil. Jusqu'en 1887, les lieux appartiennent à Saint-Polycarpe. Pendant très longtemps, le chemin de fer fut la principale source de revenus des Stationnois. Le regroupement des municipalités a amené les citoyens à adopter le gentilé Coteaulois, en 1995.

Date d'officialisation 1994-10-07

Spécifique Les Coteaux

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Montérégie

Municipalité régionale de comté (MRC) Vaudreuil-Soulanges

Municipalité Les Coteaux (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 71033

Longitude ouest     Latitude nord 74° 14' 00" 45° 17' 00"

Coordonnées décimales -74.23333, 45.28333

Carte topographique 1/50 000 31G/08

Carte topographique 1/20 000 31G/08-0102

Anciens noms

  • Coteau-Landing  (Municipalité de village)

  • Coteau-Station  (Municipalité de village)

    Le terme « coteau », après avoir connu les formes « costel » et « costels » (XIIe siècle), puis « couteau » (XVIe siècle), apparaît au début du XVIIe siècle, désignant le versant d'une colline, d'une terrasse. Parfois, on lui attribue le sens de « totalité d'une élévation de faible envergure, d'une petite colline ». En viticulture, le coteau se présente cependant comme le versant exposé au soleil, celui dont les grappes de raisins mûriront le plus rapidement, offrant aux amateurs des vins de qualité. Sa forme et la flore qui peut s'y développer inspirèrent certains poètes et écrivains, dont les fameux Alphonse de Lamartine (Méditations poétiques, 1823) et Victor Hugo (Les voix intérieures, 1837; et Les rayons et les ombres, 1840). De plus, des Québécois emploient « Coteau(x) » pour dénommer de nombreuses entités - ruisseaux, barrages, coteaux, voies de communication, lacs et autres, soulignant ainsi souvent la topographie de ces endroits.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012