Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Armand
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification La nouvelle municipalité de Saint-Armand a été créée le 3 février 1999. Elle est issue du regroupement de la municipalité de Saint-Armand et de la municipalité du village de Philipsburg. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de Saint-Armand; nous vous invitons à consulter aussi la rubrique de l'ancienne municipalité du village de Philipsburg. Bornée au sud par la frontière du Vermont, la municipalité de Saint-Armand se trouve à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Cowansville, près de Bedford. La partie ouest du territoire armandois donne sur le lac Champlain et la baie Missisquoi. Ce territoire a été colonisé par des familles américano-hollandaises originaires du comté de Dutchess dans l'État de New York, qui se sont principalement installées près de la baie Missisquoi. Si le nom de cette municipalité de la Montérégie remonte, sur le plan administratif, à 1855, date à laquelle elle était officiellement établie, on en retrouve une attestation dès 1834, sous la forme « St. Armand-Ouest » dans le Rapport de l'arpenteur général, année où les limites civiles de Saint-Armand-Ouest ont été fixées. Cette entité avait été précédée, en 1845, par la municipalité de Philipsburg dont l'étendue englobait la paroisse protestante de Saint-Armand-Ouest. Abolie en 1847, elle devenait partie de la municipalité du comté de Missisquoi. On ignore toutefois le motif d'attribution de l'appellation « Saint-Armand » servant à désigner la seigneurie dans laquelle la municipalité se situait. Tout ce que l'on sait, c'est que cette dernière a été concédée en 1748 à René-Nicolas Levasseur (1705?-1784) par le marquis de La Galissonnière. Celui-ci occupait le poste de responsable de la construction navale royale et d'inspecteur des Bois et des Forêts au Canada. Or, suivant une source, le seigneur Levasseur serait né dans un lieu français du nom de « Saint-Armand », fait qui n'a pu être confirmé. Toutefois, Levasseur avait un frère prénommé Louis-Armand, commissaire ordonnateur de Rochefort, lieu de naissance probable de René-Nicolas, lequel aurait pu inspirer le nom de la seigneurie, après sanctification. D'autre part, il paraît plausible que dans cette partie de la haute vallée du Richelieu, on se soit inspiré de l'un des prénoms du célèbre homme politique français, Armand-Jean Du Plessis, cardinal de Richelieu (1585-1642), d'autant plus qu'à cette époque, vers 1748, le nom de la rivière Richelieu était bien établi dans l'usage. Le point cardinal, supprimé en 1993 en raison d'un usage quasi exclusif de la forme « Saint-Armand », marquait sans doute la position géographique de l'entité municipale, dans la partie ouest de la seigneurie, alors que Frelighsburg portait jadis le nom « Saint-Armand-Est », qui reflétait son implantation dans la partie est de l'entité seigneuriale. Voir : Frelighsburg (municipalité).

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1999-04-30

Spécifique Saint-Armand

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Montérégie

Municipalité régionale de comté (MRC) Brome-Missisquoi

Municipalité Saint-Armand (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 46017

Longitude ouest     Latitude nord 73° 03' 00" 45° 02' 00"

Coordonnées décimales -73.05, 45.03333

Carte topographique 1/50 000 31H/03

Carte topographique 1/20 000 31H/03-0102

Anciens noms

  • Philipsburg  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 3 février 1999. En effet, à cette date, la municipalité du village de Philipsburg et la municipalité de Saint-Armand se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Saint-Armand. L'appellation « Philipsburg » a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un village correspondant au noyau habité de l'ancienne municipalité du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Philipsburg. La première attestation connue de ce nom de lieu remonte à 1812, lequel identifiait jusqu'en 1922 sous la forme « Philipsburg East » un bureau de poste, en regard de « Phillipsburg West », bureau de poste ontarien. Cette dénomination sera reprise en partie pour un hameau établi sur la baie Missisquoi, à la tête du lac Champlain qui le borde à l'ouest, près de la frontière du Vermont, en Montérégie et que Joseph Bouchette consignera sous la graphie francisée de « Phillipsbourg », en 1815. Naîtra donc, en 1846, une municipalité de village dont le territoire aura été détaché de Saint-Armand-Ouest, plus à l'est. Le noyau de population initial, composé de Loyalistes américains d'ascendance hollandaise venus du comté de Dutchess dans l'État de New York, s'établit à proximité de la baie Missisquoi, dans le dernier quart du XVIIIe siècle. À cette époque, l'endroit était identifié comme « La Baie ». Or, ce contingent compte parmi ses rangs un homme du nom de Johannes Ruyter, connu sous celui de John Ruiter, dont le fils Philip (on rencontre également la graphie Phillip, ce qui explique les formes comportant le l redoublé) acquiert, en 1809, un ensemble de terres dont la position géographique correspond grosso modo à celle de la municipalité. L'emplacement stratégique de la localité a largement contribué à son développement commercial grâce aux nombreuses marchandises et produits agricoles des États-Unis, transitant par la baie Missisquoi.

  • Saint-Armand-Ouest  (Municipalité de paroisse)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012