Retour aux résultats Version imprimable

Sainte-Justine

Origine et signification Si cette municipalité porte le nom de la paroisse qui lui a donné naissance dans Dorchester, elle a d'abord été érigée en 1869 à titre de municipalité du canton de Langevin, parce que son territoire faisait partie à la fois des cantons de Langevin et de Ware.

Proclamé en 1862, le canton de Langevin célèbre les mérites de sir Hector-Louis Langevin (1826-1906), homme politique québécois, député du comté de Dorchester d'alors en 1858 et ministre des Travaux publics du Canada (1879-1891). En 1891, la municipalité du canton de Langevin cesse d'exister par suite de l'érection de la municipalité de la paroisse de Sainte-Justine – statut modifié en celui de municipalité en 1993 –, laquelle reprend la dénomination de la paroisse fondée en 1860 par des gens en provenance de Saint-Charles-de-Bellechasse, Sainte-Claire, Saint-Anselme, Beauceville, et érigée canoniquement en 1890. Étant donné que cette dernière a été desservie par les Pères Trappistes de 1862 à 1872, on l'a d'abord identifiée comme la paroisse de Notre-Dame-de-la-Trappe-du-Saint-Esprit.

Le nom de Sainte-Justine évoque Marie-Justine Têtu (1833-1882), fille du lieutenant-colonel de la Milice et marchand de Québec, Charles-Hilaire Têtu. Elle a épousé, en 1854, sir Hector-Louis Langevin, député de Dorchester (1857-1867) à la Chambre d'assemblée du Canada-Uni, circonscription à laquelle appartient Sainte-Justine. Maire de Québec en 1858, il sera l'homme fort des Conservateurs québécois sous l'Union et après 1867.

Malgré un sol pierreux peu propice à l'agriculture, la vocation agricole et forestière se révèle caractéristique de l'économie locale. Située à 100 km de Lévis, à l'extrémité sud-est de l'ancien comté de Dorchester, à une quinzaine de kilomètres à l'est de Lac-Etchemin, Sainte-Justine voit son relief composé de buttes et de collines aux pentes peu accentuées, sur le plateau appalachien.

Les Justiniens comptent deux gloires locales dont ils sont fiers à juste titre, Gatien Lapointe (1931-1983), poète au verbe chatoyant, auteur, entre autres, de l'Ode au Saint-Laurent (1963) et Roch Carrier, romancier né en 1937 dont l'ouvrage le plus célèbre est La Guerre, yes sir! (1968).

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1993-10-21

Spécifique Sainte-Justine

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) Les Etchemins

Municipalité Sainte-Justine (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 28045

Latitude nord     Longitude ouest 46° 24' 00" 70° 21' 00"

Coordonnées décimales -70.35      46.4

Carte topographique 1/50 000 21L/08

Carte topographique 1/20 000 21L/08-0101

Ancien nom

  • Sainte-Justine  (Municipalité de paroisse)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012