Retour aux résultats Version imprimable

Lac Hackett
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification L'appellation de cette entité évoque la mémoire de Michael Felix Hackett (1851-1926), secrétaire et «registraire» dans le cabinet d'Edmund James Flynn, premier ministre du Québec en 1896 et 1897. Après ses études à l'Université McGill, Hackett est admis au Barreau de la province de Québec en 1874. Par la suite, il sera maire de Stanstead Plain, de 1890 à 1904, député conservateur à l'Assemblée législative de 1892 à 1900, puis juge à la Cour supérieure du district de Bedford à partir de 1915. Proclamation : 1899.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Hackett

Générique (avec ou sans particules de liaison) Lac

Type d'entité Lac

Région administrative Mauricie

Municipalité régionale de comté (MRC) Mékinac

Municipalité Lac-Masketsi (Territoire non organisé)

Code géographique de la municipalité 35902

Longitude ouest     Latitude nord 72° 27' 15" 47° 05' 08"

Coordonnées décimales -72.45416, 47.08556

Carte topographique 1/50 000 31P/01

Carte topographique 1/20 000 31P/01-0101

Ancien nom

  • Lac des Îles

    Issu du latin insula, le mot isle apparaît en français au début du XIIe siècle. Devenu île au moins depuis le XVIIIe siècle, il a toujours désigné une étendue de terre aux dimensions très variables (supérieures à l'îlot mais inférieures au continent), entièrement entourée par les eaux d'une rivière, d'un fleuve, d'un lac, de la mer ou de l'océan. Présente hors de l'eau de façon durable ou permanente, l'île résulte habituellement de l'érosion continentale lorsqu'elle se trouve dans le voisinage des côtes. Éloignée, elle peut être la conséquence de l'activité des volcans ou de l'accumulation de coraux sur des hauts-fonds. Réalité géographique abondamment présente dans la littérature universelle, l'île symbolise notamment les idées de solitude individuelle infranchissable, d'incarcération, d'isolement physique, de perdition, mais aussi celles de trésor enfoui, de refuge, de paradis terrestre perdu puis retrouvé. Dans la toponymie québécoise, « Île » ou « Îles » sert à dénommer quantité d'entités naturelles (anses, cours d'eau, lacs et autres) ou construites par des Québécois (ponts, barrages, voies de communication et autres). En appelant ainsi ces réalités géographiques, on cherchait la plupart du temps à décrire la situation topographique, à caractériser l'objet nommé, à le situer dans son milieu.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012