Retour aux résultats Version imprimable

Monts Groulx

Origine et signification Formant l'un des plus importants massifs du Québec, les monts Groulx sont situés à environ 150 km dans l'arrière-pays de la côte nord du Saint-Laurent, à l'est du réservoir Manicouagan. Ce massif du Bouclier canadien s'étend sur une centaine de kilomètres dans le sens est-ouest et sur 50 km en direction nord-sud. Plusieurs sommets dépassent 900 m d'altitude, le plus élevé étant le mont Veyrier, à 1 104 m. Au nord du massif, le Petit lac Manicouagan occupe la partie nord d'une vallée glaciaire, par où passe le chemin de fer qui relie la ville minière de Fermont à Port-Cartier. Les monts Groulx alimentent plusieurs cours d'eau de la région, notamment la rivière Sainte-Marguerite ainsi que la rivière Toulnustouc, important affluent du bassin inférieur de la Manicouagan. Ce massif présente un intérêt phytogéographique dans la mesure où la collection de plantes arctiques-alpines que l'on y retrouve est similaire à celle que l'on observe au sommet du mont Albert en Gaspésie.

Avant d'être ainsi désignés en 1967 en l'honneur du chanoine Lionel Groulx, ces monts étaient connus sous les noms de Montagnes Blanches et de Little Manicouagan Range. Ils sont souvent représentés sur des cartes anciennes mais rarement nommés; on trouve néanmoins les mentions Monts de la Trinité (Popple, 1775) et Trinity Mountains (Carver, 1776). Les Innus les appellent Uapashke ou Uapaske, noms qui signifient « montagnes blanches » puisqu'en hiver, le massif présente une muraille d'un blanc immaculé.

Lionel Groulx (1878-1967) fut prêtre, historien, romancier et essayiste. Né à Vaudreuil, il fait ses études à Sainte-Thérèse, la principale ville de cette circonscription électorale, puis à Montréal, Rome et Fribourg. Longtemps professeur d'histoire à l'Université de Montréal à partir de 1915, il a été directeur de la revue L'Action française (1920-1928), fondateur de l'Institut d'histoire de l'Amérique française (1946), et, de 1947 à 1967, directeur de la Revue d'histoire de l'Amérique française publiée par cet institut. Auteur d'une foule d'articles, de conférences, de quelques romans, dont L'Appel de la race (1922), et surtout de l'Histoire du Canada français depuis la découverte (1950-1952), il a professé tout au long de sa carrière un nationalisme de bon aloi, sous-tendu par la foi catholique; il a ouvert la voie à l'indépendance du Canada français et défendu la langue française avec ardeur. La fondation, en 1904, de l'Association catholique de la jeunesse canadienne-française (A.C.J.C.) – une de ses œuvres importantes – a permis à plusieurs générations de Québécois d'y puiser leur ardeur nationaliste.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1992-03-02

Spécifique Groulx

Générique (avec ou sans particules de liaison) Monts

Type d'entité Massif

Région administrative Côte-Nord

Municipalité régionale de comté (MRC) Caniapiscau

Municipalité Rivière-Mouchalagane (Territoire non organisé)

Code géographique de la municipalité 97906

Latitude nord     Longitude ouest 51° 37' 15" 67° 37' 03"

Coordonnées décimales -67.6175      51.62083

Carte topographique 1/50 000 22O/12

Carte topographique 1/20 000 22O/12-0102

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012