Retour aux résultats Version imprimable

Chaudière-Appalaches

Origine et signification Considérée en 1966 comme une partie de la région de Québec et désignée un temps sous le nom Québec-Sud, cette région administrative a été dénommée Chaudière-Appalaches en 1987. Avec une population de 367 953 habitants, en 1991, et une superficie de 15 027 km², elle rassemble six MRC riveraines du Saint-Laurent, soit Lotbinière, Les Chutes-de-la-Chaudière, Desjardins, Bellechasse, Montmagny et L'Islet, ainsi que cinq MRC de l'intérieur, soit L'Amiante, La Nouvelle-Beauce, Robert-Cliche, Beauce-Sartigan et Les Etchemins. Bien que son bassin ne soit pas entièrement compris dans la région, la Chaudière n'en demeure pas moins son principal cours d'eau et l'axe majeur de circulation entre Québec et la côte atlantique du Maine. Du point de vue géologique, la région se trouve en structure plissée «appalachienne», comme d'ailleurs pratiquement tout le sud du Québec. Quant aux Appalaches proprement dites, elles n'y dressent pas leurs plus hauts sommets québécois et, de plus, elles se déploient davantage vers le sud, en direction du lac Memphrémagog, et vers le nord-est, en direction du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. Bien que l'agriculture et l'exploitation forestière y conservent une certaine importance, l'ensemble de la région est de plus en plus urbanisé et industrialisé. L'axe Lévis–Saint-Romuald–Charny– Bernières fait nettement partie de la banlieue de Québec et les principales industries y sont la construction navale et la pétrochimie. Même si la production a beaucoup diminué récemment, l'amiante demeure la caractéristique de Thetford Mines et de Black Lake. Alimentation, transformation du bois, métallurgie et textiles constituent les spécialités industrielles de plusieurs petites et moyennes villes de la Beauce (Sainte-Marie et Saint-Georges notamment) et de la Côte-du-Sud (Montmagny principalement). Un peu partout, les produits de l'érable représentent un appoint non négligeable. Le tourisme met à profit les paysages et l'intérêt patrimonial des vieilles paroisses du bord de l'eau, depuis la pointe Platon jusqu'à Saint-Jean-Port-Joli. Il tire également parti des belles vallées, celles, en particulier, de la Chaudière, de l'Etchemin et de la rivière du Sud, qui entaillent le plateau appalachien où lacs et forêts ont encore quelque valeur pour les amateurs de pêche et de chasse.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1988-11-01

Spécifique Chaudière-Appalaches

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Région administrative

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) Bellechasse

Municipalité Saint-Léon-de-Standon (Municipalité de paroisse)

Code géographique de la municipalité 19020

Latitude nord     Longitude ouest 46° 29' 00" 70° 37' 00"

Coordonnées décimales -70.61667      46.48333

Carte topographique 1/50 000 21L/07

Carte topographique 1/20 000 21L/07-0202

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012