Retour aux résultats Version imprimable

Laurentides

Origine et signification Depuis sa création en 1845 par l'historien François-Xavier Garneau, le toponyme Laurentides a souvent été utilisé dans la description des régions québécoises situées immédiatement au nord du Saint-Laurent et constituant le rebord du Bouclier canadien. Il n'est cependant régionyme officiel que depuis 1987 pour désigner, plus ou moins exactement, ce que l'usage populaire appelle également depuis déjà fort longtemps Le Nord-de-Montréal et dont la capitale régionale se trouve à Saint-Jérôme, la Porte du Nord. D'une superficie de 21 521 km², la région renferme les MRC de Deux-Montagnes, de Thérèse-De Blainville, de Mirabel, de La Rivière-du-Nord, d'Argenteuil, des Pays-d'en-Haut, des Laurentides et d'Antoine-Labelle. La partie sud de la région, qui prolonge la vaste plaine de Montréal, et les abords de la rivière des Mille Îles y ont été peuplés sous le Régime français. Le centre et le nord n'ont été ouverts à la colonisation, sous l'influence manifeste du curé Labelle, que dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ce n'est qu'à partir de Saint-Jérôme, en remontant la vallée de la rivière du Nord, que l'on pénètre vraiment dans les Laurentides dont le nom a été étendu à toute la région, sans doute pour souligner la percée colonisatrice la plus marquante dans l'ensemble des Laurentides québécoises. Les 381 697 habitants qui composaient la population régionale en 1991 se trouvent majoritairement dans les municipalités et les villes de la partie méridionale de la région : Deux-Montagnes, Saint-Eustache, Sainte-Thérèse, Blainville et plusieurs autres qui se rattachent à la banlieue industrielle et résidentielle de Montréal. Lachute et Saint-Jérôme, toutes deux situées près des contreforts laurentidiens, donnent accès plus au nord à de nombreux centres de ski et lieux de villégiature ainsi qu'à plusieurs zones de chasse et de pêche, la plupart situées au nord et au nord-ouest de Mont-Laurier. L'aéroport international de Mirabel est desservi par un réseau routier qui le relie à Montréal et à Ottawa. Aux formes d'économie plus anciennes que représentent l'agriculture, les scieries, la pâte à papier, les textiles et la construction automobile se sont ajoutées – et ce grâce à la présence de l'aéroport international de Mirabel – plusieurs industries de haute technologie, notamment dans le domaine de l'électronique, de la construction des hélicoptères et des robots.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1988-11-01

Spécifique Laurentides

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Région administrative

Région administrative Laurentides

Municipalité régionale de comté (MRC) Antoine-Labelle

Municipalité Nominingue (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 79030

Latitude nord     Longitude ouest 46° 26' 00" 74° 59' 00"

Coordonnées décimales -74.98333      46.43333

Carte topographique 1/50 000 31J/07

Carte topographique 1/20 000 31J/07-0201

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012