Retour aux résultats Version imprimable

Rivière Etchemin

Origine et signification Affluent de la rive sud du Saint-Laurent, l'Etchemin trouve ses sources dans les collines appalachiennes des cantons de Roux et de Ware. Les rivières Chaudière et Etchemin ne sont plus éloignées que de quelques kilomètres à leurs confluences avec le fleuve. Longée sur presque tout son parcours par la route et le chemin de fer, la rivière Etchemin a une longueur d'environ 125 km et elle draine un bassin de près de 1 500 km2.

Son nom rappelle une population amérindienne que Champlain rencontra une première fois à Tadoussac, en mai 1603. En 1604, Champlain se rend compte que l'actuelle rivière Chaudière est la voie d'accès vers la côte de l'Atlantique et c'est pourquoi il la nomme Rivière des Etchemins. La légende de la carte de 1632 précise : « rivière des Etchemins par où les Sauvages vont à Quinebequi [Kennebec] », « où se trouve une nation de Sauvage, les Abenaquiuoit [Abénaquis]) ». Sur sa carte de 1632, l'actuelle rivière Etchemin, que le fondateur de Québec avait appelée Rivière Bruyante en 1608, est nommée Jeannin, d'après Pierre Jeannin, protecteur de Champlain à la cour de France. La première mention cartographique de la Rivière des Etchemins, conforme à la localisation actuelle, semble être celle de Franquelin, en 1686.

Par la suite, le nom se rencontre régulièrement dans les actes de concession et sur les cartes et plans. L'utilisation du singulier pour Etchemin, sans la particule d'attribution, est notée en 1759 dans le Journal du chevalier de Lapause. Encore en 1815, Joseph Bouchette écrit « rivière Echemin ». La forme Rivière Etchemin date de la seconde moitié du XIXe siècle, ce qui correspond à la période de peuplement des cantons qu'elle arrose.

Si le nom de la rivière rappelle une population amérindienne, la justification du toponyme n'est cependant pas évidente. Rien n'indique, en effet, que les Etchemins, nom que Champlain avait donné à tous les indigènes habitant la côte de l'Atlantique depuis la rivière Saint-Jean jusqu'à la Kennebec, aient fréquenté assidûment les pays du Saint-Laurent. Ce sont les Abénaquis qui, tout au long du XVIIIe siècle et par la suite, vont parcourir les vallées de la Chaudière et de l'Etchemin, y pratiquer la chasse et la pêche et établir sans doute des campements dont on n'a pas cependant de traces évidentes.

On a pris l'habitude de répéter, après Maurault, auteur d'une Histoire des Abénaquis, que le terme Etchemin provient d'Etemânkiaks, qui signifierait ceux de la terre de la peau pour les raquettes, et de faire le rapprochement avec l'abondance ancienne des orignaux, caribous et chevreuils dans la région. Or, suivant des recherches plus récentes, le terme, dérivé de oskitchin ou es-ti-gin, désignerait plutôt de façon générale les êtres humains, ce qui expliquerait l'extension que lui ont donnée Champlain, Lescarbot et Biard, par exemple. Quant aux Abénaquis actuels du Québec, ils désignent la rivière sous le nom d'Ataman (là où ils lacent des raquettes), mais il peut s'agir de la traduction du sens attribué jusqu'ici au terme Etchemin, apparemment disparu de la langue des Abénaquis. Variante : La Grande Rivière.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Etchemin

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rivière

Type d'entité Rivière

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Lévis (Ville)

Code géographique de la municipalité 25213

Latitude nord     Longitude ouest 46° 45' 48" 71° 13' 51"

Coordonnées décimales -71.23083      46.76333

Carte topographique 1/50 000 21L/14

Carte topographique 1/20 000 21L/14-0102

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012