Retour aux résultats Version imprimable







Rue De La Gauchetière Ouest


Origine et signification Ce nom rappelle Daniel Migeon, sieur de La Gauchetière (1671-1746), capitaine, propriétaire du fief par où passe cette voie de communication. Le spécifique Gauchetière origine probablement de la modification du patronyme Gauchet, du nom de la mère du seigneur, Catherine Gauchet de Belleville, que son fils a repris dans son identification. Donc, au lieu de reprendre le patronyme de son paternel dans son entier, Migeon de Branssat, il retient plutôt la première partie du nom de son père, Migeon, à laquelle il ajoute celui de sa mère, Gauchet, modifié en Gauchetière. Bien que Jean-Baptiste Migeon de Branssat se soit fait concéder ce fief en décembre 1665, il semblerait que son épouse, issue d'une famille noble, l'avait reçu un an plus tôt, soit en mai 1664. Une recherche sur le patronyme Gauchet nous indique qu'il s'agit d'un diminutif d'un nom de personne d'origine germanique Gauche (racine walah = étranger), le patronyme se rencontre dans les départements de la Manche, de l'Aisne, du Loiret et de la Loire-Atlantique. Gauchat, Gauchin, Gauchez, Gauchey, Gauchon, Gauchot et Gauchotte sont aussi des variantes rencontrées.

Source :
Les rues de Montréal : répertoire historique, 1995.

Date d'officialisation 1996-12-13

Spécifique De La Gauchetière Ouest

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rue

Type d'entité Rue

Région administrative Montréal

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Montréal (Ville) (Montréal)

Code géographique de la municipalité 66023

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, rue De La Gauchetière Ouest

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Rue De La Gauchetière Ouest

Le nom en rouge correspond à la municipalité qui existait avant les fusions municipales. Dans une adresse, il faut continuer d'utiliser le nom de cette ancienne municipalité.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012