Retour aux résultats Version imprimable

Lac à l'Épaule
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification La route 175 reliant Québec au Saguenay–Lac-Saint-Jean passe à proximité du lac à l'Épaule, situé à la limite est du parc national de la Jacques-Cartier, à 50 km au nord de la capitale. Il s'étire sur presque 7 km dans un décor montagneux enchanteur. À 4 km au nord-est, dans la réserve faunique des Laurentides, se trouve le Petit lac à l'Épaule, source de la rivière à l'Épaule. Celle-ci alimente et décharge le lac principal en direction de la rivière Jacques-Cartier où elle se jette, au pied de la montagne de l'Épaule. Un barrage a été aménagé il y a quelques décennies à la sortie du plus grand de ces lacs.

L'appellation est d'origine incertaine mais est très ancienne. Un rapport daté de 1829 et signé par l'arpenteur John Adams mentionne la rivière L'Épaule et la montagne de l'Épaule, alors que William Ware décrit les environs du lac Épaule en 1835. Cette zone fut fréquentée dès le XVIIsiècle par les Jésuites qui se rendaient, par un sentier tracé par les Innus, au lac Saint Jean. Le plan du chef wendat (huron) Nicholas Vincent, dressé vers 1829, identifie la rivière sous son appellation wendate Hüaonjacaronté.

Ce secteur, à la périphérie des établissements de colons, a connu quelques tentatives de défrichement, car des abattis y ont été repérés en 1867. Le gouvernement y fait alors construire un abri relais pour les voyageurs du Lac-Saint-Jean et, plus tard, une route jusqu'au lac Jacques-Cartier. À partir de 1907, les pêcheurs sportifs ont été à leur tour desservis par des installations d'hébergement, auxquelles s'est ajouté plus tard le camp Devlin. Le lac à l'Épaule a accueilli, à l'été 1943, sir Winston Churchill et Franklin Delano Roosevelt, réunis à Québec pour une conférence des Alliés. Un pavillon plus important, érigé par une entreprise forestière en 1946, est devenu par la suite un lieu de rencontre réservé aux instances gouvernementales. Un événement marquant de l'histoire contemporaine s'y est déroulé en septembre 1962 et a rendu célèbre l'expression faire, tenir un lac-à-l'épaule. Un conseil spécial des ministres du gouvernement québécois s'y est tenu, en effet, pour décider le déclenchement d'une élection référendaire sur le thème « Confier à Hydro-Québec le mandat d'unifier et d'intégrer les ressources hydroélectriques québécoises ».

Au sujet de la signification du toponyme, on a émis l'hypothèse suivant laquelle épaule (épaulement) pouvait désigner ici un replat à pente assez douce servant au raccord de deux vallées dont le niveau diffère. Le phénomène est fréquent dans les régions qui ont connu des glaciations.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Épaule

Générique (avec ou sans particules de liaison) Lac à l'

Type d'entité Lac

Région administrative Capitale-Nationale

Municipalité régionale de comté (MRC) La Côte-de-Beaupré

Municipalité Lac-Jacques-Cartier (Territoire non organisé)

Code géographique de la municipalité 21904

Latitude nord     Longitude ouest 47° 14' 52" 71° 14' 25"

Coordonnées décimales -71.24028      47.24778

Carte topographique 1/50 000 21M/03

Carte topographique 1/20 000 21M/03-0202

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : septembre 2016

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012