Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Bernard

Origine et signification À 40 km au sud de Québec, entre Scott et Saint-Narcisse-de-Beaurivage, se dresse la municipalité de Saint-Bernard arrosée dans sa partie nord-est par la rivière Chaudière. Formée en 1987, elle résulte de la fusion intervenue entre la municipalité de village créée en 1959 et la municipalité de paroisse établie en 1845. Originellement, la paroisse de Saint-Bernard fondée véritablement en 1821 suivant la première requête pour l'établissement d'une paroisse adressée à monseigneur Panet, avait été érigée canoniquement en 1825, par suite de son détachement de Sainte-Marie. Ce décret d'érection signé par monseigneur Plessis passait outre au désir du seigneur Taschereau qui, en mai 1800, cédait pour une future paroisse les terrains pour l'église, le presbytère et le cimetière et suggérait de placer cette paroisse sous l'invocation de saint Louis, alors que l'on a opté pour saint Bernard. Sur le plan territorial, l'érection canonique de 1825 n'eut pas de suites. On attribua d'autres limites à la paroisse et on fixa ailleurs le site de l'église (1844), ce qui amènera une nouvelle érection canonique en 1849, et civile en 1854. L'église actuelle, qui remonte à 1874, a été classée monument historique. L'appellation du bureau de poste ouvert en 1853 sous la dénomination de Saint-Bernard, prenait celle de Saint-Bernard-de-Dorchester, en 1876, laquelle a parfois été reprise pour identifier la municipalité. Le motif d'attribution de la dénomination municipale réside dans le fait que monseigneur Bernard-Claude Panet (1753-1833) occupait la fonction de coadjuteur de monseigneur Plessis au moment où l'érection de la paroisse a été projetée. Ordonné prêtre en 1778, curé de Batiscan (1780-1781) et de Rivière-Ouelle (1781-1807), Bernard-Claude Panet montait sur le trône épiscopal de Québec en 1825. À l'origine, le territoire de Saint-Bernard ressortissait, en 1697, à une seigneurie concédée aux Jésuites mais à l'usage des Abénaquis, le long de la Chaudière. En 1737, cet espace sera concédé à François-Étienne Cugnet sous le nom de Seigneurie Saint-Étienne, et sera mis en valeur dès 1742. Par la suite les Caldwell, Pozer... en deviendront propriétaires. Essentiellement agricole, l'économie bernardine est axée sur l'élevage spécialisé de la volaille, du porc et la production de lait.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1988-03-09

Spécifique Saint-Bernard

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) La Nouvelle-Beauce

Municipalité Saint-Bernard (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 26055

Latitude nord     Longitude ouest 46° 30' 00" 71° 08' 00"

Coordonnées décimales -71.13333      46.5

Carte topographique 1/50 000 21L/06

Carte topographique 1/20 000 21L/06-0102

Anciens noms

  • Saint-Bernard  (Municipalité de paroisse)

  • Saint-Bernard  (Municipalité de village)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012