Retour aux résultats Version imprimable

Réservoir de Caniapiscau
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification En 1971, le gouvernement du Québec et Hydro-Québec annonçaient leur intention d'entreprendre un vaste projet hydroélectrique à la baie James. Il s'agissait, en priorité, d'aménager la Grande Rivière afin d'en exploiter tout le potentiel. Dans ce cadre, à environ 400 km au sud-sud-ouest de Kuujjuaq, est né le réservoir de Caniapiscau, qui est l'étendue d'eau la plus considérable au Québec. Englobant, depuis 1981-1983, de nombreux autres plans d'eau, dont les lacs Delorme, au nord, et Clairambault, au nord-est, il forme maintenant un réservoir d'une superficie de 4 318 km², soit au moins quatre fois celle du lac Saint-Jean. Deux barrages et quarante-trois digues ont permis d'obtenir ce résultat. L'imposante masse d'eau ainsi créée peut alors alimenter les centrales hydroélectriques du complexe La Grande pendant l'hiver et assurer jusqu'à 35 % de leur production. Selon le père Joseph-Étienne Guinard, le terme kaniapiskau, ou mieux kaneapiskak signifie en langues crie et montagnaise pointe de roche. Le père Louis-Philippe Vaillancourt en confirme le sens dans son Dictionnaire français-cri en désignant une pointe rocheuse par la forme k¯an¯a-Éy¯apisk¯ach et l'endroit où « il y a une pointe rocheuse » par n¯a-Éy¯apisk¯aw. Albert Peter Low (1895) avait déjà constaté qu'« une haute pointe rocheuse s'avance dans le lac ». Il s'agit sans doute de la presqu'île, orientée vers le nord-ouest, dont les contours ont été précisés au moment de la création du réservoir et qui lui donne la forme en arc de cercle qu'on lui connaît maintenant. Au XIXe siècle, les chasseurs et les marchands de fourrures fréquentaient la région du lac Caniapiscau. La Compagnie de la Baie d'Hudson y ouvrit d'ailleurs en 1834 un avant-poste afin de relier ses établissements de la baie James à ceux de la baie d'Ungava. Kaniapiskau fermera ses portes vers 1870.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1986-06-12

Spécifique Caniapiscau

Générique (avec ou sans particules de liaison) Réservoir de

Type d'entité Réservoir

Région administrative Nord-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Eeyou Istchee Baie-James (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 99060

Longitude ouest     Latitude nord 69° 50' 00" 54° 10' 00"

Coordonnées décimales -69.83334, 54.16666

Carte topographique 1/50 000 23K/04

Carte topographique 1/20 000 23K/04-0201

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012