Retour aux résultats Version imprimable

N’est plus le nom officiel de ce lieu. Celui-ci s’appelle maintenant Laverlochère-Angliers  - Nom officiel

Origine et signification Il est à noter que cette municipalité n’existe plus depuis le 1er janvier 2018. En effet, à cette date, les municipalités de Laverlochère et d'Angliers se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Laverlochère-Angliers.

Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité d'Angliers.

Le petit village témiscabitibien d'Angliers, blotti au bord du lac des Quinze qui le baigne de trois côtés, s'est édifié surtout à partir de 1924, même si on y retrouve des colons dès 1911 et s'il n'a été incorporé qu'en 1945. Le nom qu'il porte lui a été attribué par sir Lomer Gouin (1861-1929), premier ministre du Québec de 1905 à 1920, qui voulait ainsi célébrer le lieu de naissance de ses ancêtres, originaires d'un village français homonyme du Poitou, aujourd'hui dans le département de la Vienne. Lors du recensement de 2016, la population anglière s'élevait à 303 individus.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date de désofficialisation 2018-03-26

Spécifique Angliers

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité de village

Région administrative Abitibi-Témiscamingue

Municipalité régionale de comté (MRC) Témiscamingue

Municipalité Laverlochère-Angliers (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 85052

Anciens noms

  • Angliers  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n’existe plus depuis le 1er janvier 2018. En effet, à cette date, les municipalités de Laverlochère et d'Angliers se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Laverlochère-Angliers.

    Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité d'Angliers.

    Le petit village témiscabitibien d'Angliers, blotti au bord du lac des Quinze qui le baigne de trois côtés, s'est édifié surtout à partir de 1924, même si on y retrouve des colons dès 1911 et s'il n'a été incorporé qu'en 1945. Le nom qu'il porte lui a été attribué par sir Lomer Gouin (1861-1929), premier ministre du Québec de 1905 à 1920, qui voulait ainsi célébrer le lieu de naissance de ses ancêtres, originaires d'un village français homonyme du Poitou, aujourd'hui dans le département de la Vienne. Lors du recensement de 2016, la population anglière s'élevait à 303 individus.

  • Laverlochère  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que le statut de cette municipalité a été changé le 21 septembre 2002. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Laverlochère est devenue la municipalité de Laverlochère. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire la municipalité alors qu'elle avait le statut de municipalité de paroisse. D'abord connue sous le nom de Saint-Isidore à compter de 1912, la municipalité de la paroisse de Laverlochère reprenait, en 1977, le nom du canton créé officiellement en 1895 dans le Témiscamingue dans lequel elle figure.

    Le père Jean-Nicolas Laverlochère (1811-1884), oblat de Marie-Immaculée, a parcouru la région du Témiscamingue pendant plus de 40 ans. Ce missionnaire français, ordonné à L'Acadie en 1844, a diffusé les enseignements de la religion chrétienne jusqu'à la baie James où il a installé une mission dès 1844, ce qui lui a valu le titre d'apôtre de la baie d'Hudson. Les pionniers laverlochérois se sont installés dans un territoire situé à 10 km au nord de Lorrainville et à 15 km au nord-est de Ville-Marie.

  • Laverlochère  (Municipalité)

    Il est à noter que cette municipalité n’existe plus depuis le 1er janvier 2018. En effet, à cette date, les municipalités de Laverlochère et d'Angliers se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Laverlochère-Angliers.

    Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de Laverlochère.

    D'abord connue sous le nom Saint-Isidore à compter de 1912, la municipalité de la paroisse de Laverlochère reprenait, en 1977, le nom du canton créé officiellement en 1895 dans le Témiscamingue, dans lequel elle est située. Le 21 septembre 2002, la municipalité de la paroisse de Laverlochère est devenue la municipalité de Laverlochère.

    Le père Jean-Nicolas Laverlochère (1811-1884), oblat de Marie-Immaculée, a parcouru la région du Témiscamingue pendant plus de 40 ans. Ce missionnaire français, ordonné à L'Acadie en 1844, a diffusé les enseignements de la religion catholique jusqu'à la baie James où il a installé une mission dès 1844, ce qui lui a valu le titre d'apôtre de la baie d'Hudson. Les pionniers laverlochérois se sont installés dans un territoire situé à 10 km au nord de Lorrainville et à 15 km au nord-est de Ville-Marie.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012