Retour aux résultats Version imprimable

New Carlisle
Antaguejuigtug (Municipalité)  - Variante traditionnelle autochtone

Origine et signification Les Beebe, Munroe, Caldwell, Hamilton, autant de familles loyalistes que la Couronne britannique a généreusement aidés à s'établir en Gaspésie en leur faisant don de vastes terres, d'outils, d'équipements, de semences et de fourniture de provisions alimentaires pour trois ans. Ils sont à l'origine de la municipalité de New Carlisle. Ce geste des autorités anglaises avait pour objectif, d'une part, de disséminer et d'isoler les francophones parmi de fidèles sujets britanniques et, d'autre part, de faire échec à toute velléité d'association avec les États-Unis.

L'appellation, qui paraît sur les cartes de Joseph Bouchette de 1815 et 1831, comme sur celles de Russell de 1847 et 1861, évoque la vieille cité de Carlisle, dans le comté de Cumberland en Angleterre. Il convient aussi d'observer l'existence de Carlisle, chef-lieu (1751) du comté de Cumberland (créé en 1750) en Pennsylvanie, dans la vallée de la Cumberland, à 25 km environ de Harrisburg, la capitale de l'État. Comme les loyalistes venant des États-Unis ont souvent transposé les noms de leur patrie, ce phénomène a pu intervenir ici. À une certaine époque, les Micmacs identifiaient le site sous la dénomination Antagoetjoitog, qui signifie « chez le Noir ». L'endroit a également été connu sous le nom Petit-Paspébiac au XIXe siècle, avant de devenir officiellement New Carlisle, en 1877. D'ailleurs la position géographique de New Carlisle, sur la baie des Chaleurs, entre Paspébiac et Bonaventure, justifie cette appellation.

Centre administratif et commercial de cette section de la Gaspésie, siège de la MRC de Bonaventure, la municipalité avait déjà très fière allure dès 1830, car on la comparaît à Washington, ce qui a suscité le mot de l'abbé Ferland en 1836 : «  c'est une ville en promenade à la campagne  ». La communauté anglophone devait concrétiser sa présence sur le plan religieux par l'établissement de la Knox Presbyterian Church en 1805, la Zion United Church en 1820 et la St. Andrew's Anglican Church. Du côté catholique, la paroisse de Saint-Étienne-de-New Carlisle sera canoniquement érigée en 1887. Incidemment, le site élevé du village assure un panorama très pittoresque dont une vue superbe sur la baie des Chaleurs constitue le clou. Les New Carlislers – appellation collective anglaise qui souligne la présence anglophone encore significative – jouissent en outre d'un climat qui compte parmi les plus sains et les plus vivifiants de la côte gaspésienne. Le fils le plus célèbre de l'endroit est sans contredit René Lévesque (1922-1987), premier ministre du Québec de 1976 à 1985 et l'un des plus ardents défenseurs de la nation québécoise.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1985-06-26

Spécifique New Carlisle

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Municipalité régionale de comté (MRC) Bonaventure

Municipalité New Carlisle (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 05040

Latitude nord     Longitude ouest 48° 01' 00" 65° 20' 00"

Coordonnées décimales -65.33334      48.01667

Carte topographique 1/50 000 22A/03

Carte topographique 1/20 000 22A/03-0101

Variante traditionnelle autochtone

  • Antaguejuigtug (Municipalité)

    Antaguejuigtug, ou Antaguejue'gati, ou encore Antagoetjoigtog, est le nom que les Micmacs utilisent pour parler de la municipalité de New Carlisle. Il signifie « chez le Noir ».

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012