Retour aux résultats Version imprimable

Mashteuiatsh
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Longtemps désigné sous le nom de Pointe-Bleue, cet endroit situé sur la rive ouest du lac Saint-Jean, à 6 km au nord de Roberval, aurait déjà été, vers 1775, le site d'un poste de traite du Domaine du Roi exploité par les marchands anglais Thomas Dunn et John Gray. Mais pour les Montagnais, Ka Mesta8iats, dont Mashteuiatsh dérive, et qui signifierait là où il y a une pointe ou encore on se revoit à la pointe, aurait été, bien avant l'implantation du poste, un lieu de passage et de campement fréquenté. En plus des pressions des commerçants de bois qui ne respectaient pas les terres réservées, ce furent sans doute ces liens privilégiés avec le milieu qui amenèrent les Montagnais, en 1856, à demander à la Couronne d'échanger les terres riveraines de la Péribonka et de la Métabetchouane, qui leur avaient été octroyées en 1853, pour celles du canton de Ouiatchouan où se trouvait Pointe-Bleue. Le nom de Ouiatchouan, utilisé administrativement depuis lors pour identifier la réserve, a été remplacé par celui de Mashteuiatsh, en 1985. Le peu d'intérêt manifesté à l'époque par les Montagnais pour l'agriculture et la sédentarisation et, à l'opposé, l'insistance déployée par les autorités politiques et religieuses pour favoriser l'implantation de nouveaux colons, ont amené les autochtones à se départir là aussi d'une grande partie de leurs lots au profit des nouveaux arrivants, pour ne conserver que ceux situés en bordure du lac. La réserve n'a plus aujourd'hui qu'une superficie de 1 306 ha comparativement aux 9 324 ha initiaux. Mashteuiatsh a tout de même connu une certaine importance à partir de 1867 lorsque la Compagnie de la Baie d'Hudson s'y établit; cette popularité amena même la fermeture du poste de Métabetchouan, en 1880, et attira les Oblats qui y déplacèrent leur mission en 1875, puis y construisirent un juniorat en 1889. Cette intimité croissante avec les Blancs n'en fut pas moins la cause d'un certain abandon de la langue et des activités traditionnelles en forêt, d'où l'amorce d'un processus de déculturation de la société locale au cours de la première moitié du XXe siècle. Ce processus a toutefois été freiné au cours des dernières décennies et, tout en misant sur le développement économique de leur communauté, les Montagnais de Mashteuiatsh reprennent progressivement le contrôle de leur langue et de leur culture. Doté d'installations scolaires et d'infrastructures communautaires modernes, d'un musée, d'une scierie et de plusieurs petites entreprises, Mashteuiatsh relève habilement le défi de savoir conjuguer développement économique et culture.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1985-02-07

Spécifique Mashteuiatsh

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Réserve indienne

Région administrative Saguenay–Lac-Saint-Jean

Municipalité régionale de comté (MRC) Le Domaine-du-Roy

Municipalité Mashteuiatsh (Réserve indienne)

Code géographique de la municipalité 91802

Longitude ouest     Latitude nord 72° 14' 00" 48° 34' 00"

Coordonnées décimales -72.23333, 48.56667

Carte topographique 1/50 000 32A/09

Carte topographique 1/20 000 32A/09-0102

Ancien nom

  • Ouiatchouan  (Réserve indienne)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012