Retour aux résultats Version imprimable

Lac-des-Écorces

Origine et signification Le 10 octobre 2002, la municipalité de Beaux-Rivages ainsi que les municipalités des villages de Lac-des-Écorces et de Val-Barrette se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Beaux-Rivages–Lac-des-Écorces–Val-Barrette; le 21 juin 2003, ce dernier était changé pour celui de Lac-des-Écorces. Pour plus d'information, nous vous invitons à consulter les rubriques des anciennes municipalités.

Date d'officialisation 2003-07-16

Spécifique Lac-des-Écorces

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Laurentides

Municipalité régionale de comté (MRC) Antoine-Labelle

Municipalité Lac-des-Écorces (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 79078

Latitude nord     Longitude ouest 46° 33' 22" 75° 20' 56"

Coordonnées décimales -75.34894      46.55637

Carte topographique 1/50 000 31J/11

Carte topographique 1/20 000 31J/11-0101

Anciens noms

  • Beaux-Rivages  (Municipalité)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 10 octobre 2002. En effet, à cette date, la municipalité de Beaux-Rivages ainsi que les municipalités des villages de Lac-des-Écorces et de Val-Barrette se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Beaux-Rivages–Lac-des-Écorces–Val-Barrette; le 21 juin 2003, ce dernier était changé pour celui de Lac-des-Écorces. L'appellation Beaux-Rivages a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne municipalité du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de Beaux-Rivages. Au début du siècle, en 1911 plus précisément, était créée la municipalité du canton de Campbell-Partie-Est dont le nom devait être modifié pour celui de Lac-des-Écorces en 1953, en raison de la présence d'un lac homonyme sur son territoire, lequel tirait sa dénomination des magnifiques forêts de bouleaux qui s'y trouvent. Mais en 1984, c'est la beauté des rives du lac que l'on a mise en évidence ainsi que les nombreux plans d'eau qui parsèment le territoire en modifiant à nouveau l'appellation pour un autre nom descriptif, celui de Beaux-Rivages. Celui-ci permettait par ailleurs de distinguer la municipalité de celle du village de Lac-des-Écorces qu'elle entoure. Les citoyens de l'endroit, situé immédiatement au sud de Mont-Laurier et traversé par la rivière Kiamika, répondent au nom de Beaux-Rivageois. Voir : Campbell (canton).

  • Beaux-Rivages–Lac-des-Écorces–Val-Barrette  (Municipalité)

    Le 10 octobre 2002, la municipalité de Beaux-Rivages ainsi que les municipalités des villages de Lac-des-Écorces et de Val-Barrette se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Beaux-Rivages–Lac-des-Écorces–Val-Barrette; le 21 juin 2003, ce dernier était changé pour celui de Lac-des-Écorces. Pour plus d'information, nous vous invitons à consulter les rubriques des anciennes municipalités.

  • Lac-des-Écorces  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 10 octobre 2002. En effet, à cette date, les municipalités des villages de Lac-des-Écorces et de Val-Barrette ainsi que la municipalité de Beaux-Rivages se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Beaux-Rivages–Lac-des-Écorces–Val-Barrette; le 21 juin 2003, ce dernier était changé pour celui de Lac-des-Écorces. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Lac-des-Écorces. La proximité du lac des Écorces, selon un phénomène couramment observé en toponymie québécoise, a valu à la municipalité de village érigée en 1955, dans la région administrative des Laurentides, à quelques kilomètres à l'est de Mont-Laurier, un nom identique. Le bureau de poste local avait déjà été gratifié de cette appellation dès 1903. De plus, la municipalité fut elle-même détachée d'une plus vaste municipalité dénommée Lac-des-Écorces, devenue en 1984 Beaux-Rivages. Toutefois, le nom est beaucoup plus ancien et les habitants de cette partie du canton de Campbell, correspondant à la paroisse de Saint-François-Régis, fondée en 1897, ont généralement préféré utiliser le nom de leur bureau de poste. Le constituant Écorces marque la présence de plusieurs forêts de bouleaux dont on retrouve çà et là des portions de l'enveloppe de leurs troncs. Les activités économiques des Écorçois gravitent autour de l'agriculture, de l'exploitation d'une carrière de granit rose et de granit gris, ainsi que des ressources drainées par la villégiature assurée par la végétation, le lac et la présence de la rivière Kiamika qui traverse le village.

  • Val-Barrette  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 10 octobre 2002. En effet, à cette date, les municipalités des villages de Val-Barrette et de Lac-des-Écorces ainsi que la municipalité de Beaux-Rivages se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Beaux-Rivages–Lac-des-Écorces–Val-Barrette; le 21 juin 2003, ce dernier était changé pour celui de Lac-des-Écorces. L'appellation Val-Barrette a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne municipalité du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Val-Barrette. Cette municipalité de la MRC d'Antoine-Labelle est distante de 16 km de Mont-Laurier, plus au nord-ouest. Son territoire, circonscrit par ceux de Beaux-Rivages et de Kiamika, de dimension fort réduite, s'étend sur les bords du lac Gauvin, à l'est de la rivière Kiamika, dans la partie sud du canton de Campbell. L'endroit s'ouvre timidement à la colonisation en 1894 avec l'arrivée d'un dénommé Thomas Brunet, considéré comme le premier pionnier. Ce dernier venait de Thurso. La paroisse de Saint-Joseph-de-Val-Barette voit le jour comme mission en 1912 et accède au statut de paroisse en 1916, quoique son érection canonique ne surviendra qu'en 1944. Le nom choisi évoque, d'une part, le patron du Canada, et rappelle, d'autre part, qu'elle a été implantée dans une vallée. Quant au spécificatif Barrette, il célèbre le souvenir de Zéphirin Barrette, l'un des premiers propriétaires de la localité. Arrivé en ces lieux en provenance de Saint-Vincent-de-Paul à la fin de 1908, il fera construire un hôtel et donnera le terrain pour la construction de l'église. Premier maire de l'endroit (1914-1915), il assumera également la fonction de premier maître de poste (1909-1920) et celle de premier président de la commission scolaire. La municipalité du village de Val-Barrette, créée en 1914 par suite de son détachement de la municipalité du canton de Campbell-Partie-Est (devenue en 1953 la municipalité de Lac-des-Écorces et en 1984 la municipalité de Beaux-Rivages), reprend alors la dénomination déjà attribuée au bureau de poste ouvert en 1909. Jadis axée sur la culture maraîchère, la fabrication de lainages et le sciage du bois, l'économie barrettoise se tourne davantage présentement du côté de la villégiature pour assurer sa prospérité. On trouve à cet endroit l'une des plus importantes stations de pisciculture du Québec, axée sur l'élevage de la truite.

Nouvelle recherche