Retour aux résultats Version imprimable

Beauharnois
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification La nouvelle ville de Beauharnois a été créée le 1er janvier 2002. Elle est issue du regroupement de la municipalité du village de Melocheville ainsi que des villes de Beauharnois et de Maple Grove. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne ville de Beauharnois; nous vous invitons à consulter aussi les rubriques des autres anciennes municipalités. D'abord érigée comme municipalité de village en 1846, Beauharnois a été incorporée avec le statut de ville en 1863. Elle tire son nom de la seigneurie de Beauharnois, concédée en 1729 à Claude de Beauharnois de Beaumont et de Villechauve (1674-1738) et à Charles de Beauharnois de La Boische, marquis de Beauharnois et seigneur de Villechauve (1671-1749). Charles de Beauharnois fut officier de marine et gouverneur général de la Nouvelle-France pendant 21 ans (1726-1746). Les Beauharlinois, dont le nom a sans doute été structuré pour éviter la confusion, au masculin, entre le gentilé et le nom de la ville, combinent les joies de la villégiature et la rentabilité industrielle assurée par la fonte, le papier et l'aluminium. Ils jouissent, en outre, d'un magnifique coup d'œil sur le lac Saint-Louis. Les temps forts de l'histoire de cette municipalité montérégienne implantée entre le canal de Lachine et le canal de Beauharnois remontent aux années 1860-1880, époque à laquelle elle devenait un important centre pour le commerce des grains. C'est pendant la crise économique, soit en 1930, que débute la construction de la première phase de la centrale, inaugurée en 1931, suivi d'une deuxième phase en 1950, inaugurée en 1953 et d'une troisième phase en 1958, inaugurée en 1961, faisant alors de cette centrale de près de 1 657 MW la plus vaste du Québec; il faut attendre la mise en service de la centrale Robert-Bourassa, à la Baie James, avant qu'elle ne soit surpassée.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 2002-01-24

Spécifique Beauharnois

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Montérégie

Municipalité régionale de comté (MRC) Beauharnois-Salaberry

Municipalité Beauharnois (Ville)

Code géographique de la municipalité 70022

Longitude ouest     Latitude nord 73° 52' 00" 45° 19' 00"

Coordonnées décimales -73.86667, 45.31667

Carte topographique 1/50 000 31H/05

Carte topographique 1/20 000 31H/05-0101

Anciens noms

  • Maple Grove  (Ville)

    Il est à noter que cette ville n'existe plus depuis le 1er janvier 2002. En effet, à cette date, les villes de Maple Grove et de Beauharnois ainsi que la municipalité du village de Melocheville se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Beauharnois. L'appellation Maple Grove a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne ville du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne ville de Maple Grove. Cette municipalité a été implantée dans un territoire où prédomine la villégiature, dans la partie nord-est de la MRC de Beauharnois-Salaberry, avec façade sur le Saint-Laurent et le lac Saint-Louis. Voisine de Beauharnois et de Léry, elle profite de l'environnement plus large de Salaberry-de-Valleyfield et de Châteauguay où se pratiquent, l'été, le canotage, la course en canot, la baignade. Jadis situé dans la seigneurie de Beauharnois concédée en 1729, ce territoire est déjà habité vers 1761, alors qu'une carte de la seigneurie signale la présence de cinq à huit maisons. Par la suite, en 1845, il sera intégré à la paroisse de Saint-Clément-de-Beauharnois, dans la section dite du Bas-du-Fleuve, qui sera détachée de Saint-Clément en 1918 pour former la ville de Maple Grove. L'appellation retenue est attestée vers 1840 et identifie le domaine du secrétaire de la seigneurie de Beauharnois, Robert Howden Norval, qui avait acquis sa terre en 1828, laquelle comptait une érablière productive de quelque 225 érables. Par la suite, elle identifiera la gare du chemin de fer St. Lawrence and Adirondack, le bureau de poste entre 1854 et 1954, puis la ville. Ce nom descriptif anglais, formé de maple, érable et de grove, bocage ou bosquet, concordait bien avec le désir des fondateurs de la ville d'attirer le tourisme américain par l'adoption d'un nom anglais, suivant une mentalité répandue au Québec à l'aube de ce siècle et ce, malgré une significative présence francophone. Par ailleurs, les autorités municipales locales adoptaient, en 1988, une résolution consacrant le gentilé Acervillois, tiré du latin acer, érable, transposition de l'anglais maple, auquel on a adjoint le suffixe -ville, marquant le statut de l'endroit, qui identifie désormais collectivement les citoyens de Maple Grove.

  • Melocheville  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 1er janvier 2002. En effet, à cette date, la municipalité du village de Melocheville ainsi que les villes de Beauharnois et de Maple Grove se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Beauharnois. L'appellation Melocheville a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne municipalité du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Melocheville. La situation géographique de ce village montérégien situé tout près de Beauharnois, face à l'île Perrot, à l'est du rapide des Cascades qui marque l'extrémité ouest du lac Saint-Louis, lui a valu son appellation originelle. En effet, érigé en 1919, par détachement de la municipalité de la paroisse de Saint-Clément-de-Beauharnois (1845), elle-même partie de l'ancienne seigneurie de Beauharnois (1729), sous la désignation de Lac-Saint-Louis, ce n'est qu'en 1953 qu'il a reçu son nom actuel, en l'honneur de Joseph Meloche, marchand, et l'un des premiers résidents. Un bureau de poste y avait été cependant ouvert sous cette dénomination dès 1863. Le principal attrait touristique qui fait converger vers Melocheville nombre de personnes férues d'histoire ancienne est le site archéologique de la pointe du Buisson où l'on retrace l'occupation du territoire par les Iroquoiens il y a plus de 5 000 ans.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012