Retour aux résultats Version imprimable

Les Pèlerins
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Les Pèlerins émergent du Saint-Laurent à 3 km de la rive, face à Saint-André de Kamouraska. Les cinq îles de ce groupe sont, avec la mention de l'altitude de leur point le plus élevé : Le Gros Pèlerin (70 m), Le Pèlerin du Milieu (50 m), Le Pèlerin du Jardin (30 m), Le Long Pèlerin (35 m) et Le Petit Pèlerin (27 m). Ces toponymes présentent un caractère descriptif, à l'exception de l'île du Pèlerin du Jardin qui relèverait d'une analogie; en effet, il s'agit d'un îlot rocailleux où poussent des pins gris isolés donnant l'impression, au loin, d'un vaste jardin. Les îles ont été concédées le 11 mai 1697 par le gouverneur Frontenac à Jean-Baptiste-François Deschamps de La Bouteillerie, ainsi qu'à Étienne Laudron et à Louis de Niort, pour y créer un établissement de pêche et de chasse au loup marin. Les procès-verbaux de Mathieu-Benoît Collet, procureur général du roi au Conseil supérieur de Québec, indiquent, en 1721, «l'isle des Pellerins». Le capitaine Richard Testu de La Richardière mentionne, en 1735, «Dans les pellerins», tandis que Nicolas Bellin inscrit Ilets des Pèlerins sur sa carte de 1744. L'origine et la signification de ce nom demeurent floues. D'après Pierre-Georges Roy, ces îles auraient été ainsi nommées parce qu'à certaines heures du jour, des mirages leur donnent l'apparence de pèlerins vêtus de cagoules et qui marchent péniblement. Au début du XIXe siècle, l'hydrographe Henry Wolsey Bayfield décrit ces mirages qu'il croit être le résultat du contact de l'air chaud avec la surface froide de l'eau, phénomène qui se produit surtout en juillet et en août. L'Inventaire toponymique des îles du Saint-Laurent situées entre Orléans et Anticosti (1964) signale que les sources orales proposent quatre autres explications. Parmi celles-ci, deux ont trait à des groupes de pèlerins accompagnés de curés qui, voulant se rendre à Sainte-Anne-de-Beaupré, se seraient échoués sur ces îles. Le premier groupe, des paroissiens, partait de Kamouraska et le second, des Micmacs, probablement de la Gaspésie. Une autre source avance qu'un dénommé Pellerin de la Côte-Nord aurait épousé une demoiselle de Kamouraska et aurait donné son nom à ces îles. Enfin, ce toponyme évoquerait la présence probable, au-trefois, de faucons pèlerins dans l'archipel. Par ailleurs, une multitude d'oiseaux nidifient sur ces îles qui sont, depuis 1984, administrées par la Société de conservation de l'archipel des Pèlerins. Cette corporation, mise sur pied par la Société Duvetnor, organise des excursions en bateau autour des îles.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Pèlerins

Générique (avec ou sans particules de liaison) Les

Type d'entité Îles

Région administrative Bas-Saint-Laurent

Municipalité régionale de comté (MRC) Kamouraska

Municipalité Saint-André (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 14040

Longitude ouest     Latitude nord 69° 43' 58" 47° 43' 48"

Coordonnées décimales -69.73278, 47.73

Carte topographique 1/50 000 21N/12

Carte topographique 1/20 000 21N/12-0102

Ancien nom

  • Îles Pilgrim

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012