Retour aux résultats Version imprimable

Rivière Mistassibi

Origine et signification Le nom innu Mistassibi, signifiant « grande rivière », désigne un important cours d'eau qui naît dans une région de lacs innommés, à une cinquantaine de kilomètres à l'est de la baie du Canso du lac Albanel, voisin oriental du lac Mistassini. D'une longueur de 300 km, la Mistassibi coule vers le sud, à l'instar de la rivière Mistassini qui, aux dires des Autochtones locaux, n'était pas plus considérable que la Mistassibi. Elle crée sur son passage le lac au Foin, reçoit plusieurs cours d'eau, entre autres les rivières aux Oiseaux, du Dépôt et Mistassibi Nord-Est, et termine sa course dans la rivière Mistassini, précisément à Mistassini. Rivière Mistassibi, utilisé depuis la fin du XIXsiècle, apparaît notamment dans le rapport d'exploration de l'arpenteur P.-H. Dumais, du 24 juin 1878. Variante : Rivière aux Foins.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Mistassibi

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rivière

Type d'entité Rivière

Région administrative Saguenay–Lac-Saint-Jean

Municipalité régionale de comté (MRC) Maria-Chapdelaine

Municipalité Dolbeau-Mistassini (Ville)

Code géographique de la municipalité 92022

Latitude nord     Longitude ouest 48° 53' 04" 72° 13' 05"

Coordonnées décimales -72.21806      48.88445

Carte topographique 1/50 000 32A/16

Carte topographique 1/20 000 32A/16-0202

Ancien nom

  • Rivière aux Foins

    Le terme foin, issu du latin fenum, regroupe habituellement les plantes herbacées qui poussent dans les champs, les prairies, pour ensuite être coupées et séchées afin d'alimenter les bestiaux. Conservé plus ou moins longtemps à l'air libre ou dans des fenils, formé en tas, en bottes ou en meules, le foin peut donc se composer de divers membres de la famille des graminées, mais surtout par le pâturin des prés (Poa pratensis), appelé aussi foin à vaches, présent dans les régions humides du Québec. En français populaire, le foin désigne également un certain nombre de sujets du monde végétal, dont le foin d'odeur, appellation populaire de l'hiérochloé odorante (Hierochloe odorata) mais aussi de la flouve odorante (Anthoxanthum odoratum) - cette dernière est d'ailleurs considérée en Europe comme une plante fourragère, le foin bleu ou calamagrostis du Canada (Calamagrostis canadensis), et le foin sauvage, autre nom de la sétaire verte (Setaria viridis) et de la sétaire jaune (Setaria glauca). On trouve aussi un type de foin - sans doute le foin de grèves, formé d'un grand nombre de végétaux qui recouvre les berges des lacs et des cours d'eau. Enfin, les Québécois utilisent depuis longtemps foin pour dénommer différentes entités, dont des anses, des pointes mais surtout des plans d'eau. Ils illustrent, imagent aussi de ce mot des expressions comme avoir du foin - c'est-à-dire posséder beaucoup d'argent - ou avoir la tête comme une botte de foin, lorsque les cheveux sont vraiment dépeignés ou trop longs.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012