Retour aux résultats Version imprimable







Rue Blanche-Lamontagne


Origine et signification Le nom de cette voie de communication rappelle la mémoire de Blanche Lamontagne (Les Escoumins, 1889 - Montréal, 1958), l'une des pionnières de la poésie régionaliste québécoise. Elle sera couronnée dès 1912 par la Société du parler français au Canada qui tenait son premier congrès à Québec. Son premier recueil, Visions gaspésiennes, préfacé par Adjutor Rivard, sera publié l'année suivante par le journal Le Devoir.

Habitant Cap-Chat puis, pour ses études, Sainte-Anne-des-Monts, Blanche Lamontagne ne s'éloignera de la campagne que pour se perfectionner en littérature à l'Université de Montréal. Poursuivant son œuvre poétique, elle publiera notamment La Vieille Maison (1920), La Moisson nouvelle (1926) et Ma Gaspésie (1928) qu'elle illustre de ses propres dessins. Elle écrit également quelques romans et plusieurs récits dont Légendes gaspésiennes (1927) est sans doute le titre le plus connu. Suivant la mode du temps, elle ajoutait à son patronyme celui de son mari, Hector Beauregard, et la plupart de ses œuvres sont signées Blanche Lamontagne-Beauregard.

Date d'officialisation 2000-01-20

Spécifique Blanche-Lamontagne

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rue

Type d'entité Rue

Région administrative Laurentides

Municipalité régionale de comté (MRC) Thérèse-De Blainville

Municipalité Boisbriand (Ville)

Code géographique de la municipalité 73005

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, rue Blanche-Lamontagne

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Rue Blanche-Lamontagne

Nouvelle recherche