Retour aux résultats Version imprimable







Rue Georges-Émile-Lapalme


Origine et signification Originaire de Montréal, Georges-Émile Lapalme (1907-1985) fait ses études au Séminaire de Joliette, puis à l'Université de Montréal, en droit. Il est admis au barreau en 1929 et exerce sa profession à Joliette. En 1945, il est élu député libéral à la Chambre des communes dans Joliette-L'Assomption-Montcalm. Il démissionne en 1950 pour être élu comme chef du Parti libéral du Québec; il occupe cette fonction jusqu'en 1958. Candidat défait en 1952 comme député dans Joliette, il est élu dans la circonscription de Montréal-Outremont en 1953. Dans le gouvernement de Jean Lesage, il occupe diverses fonctions; vice-premier ministre de 1960 à 1964, procureur général de 1960 à 1963 et premier titulaire au poste de ministre des Affaires culturelles de 1961 à 1964. Parmi ses réalisations, on compte la création de l'Office de la langue française et l'instauration des relations France-Québec. En 1966, il se retire de la politique; par la suite, il sera notamment président de la Commission des biens culturels de 1972 à 1978. Il publie ses mémoires en trois tomes, soit Le bruit des choses réveillées (1969), Le vent de l'oubli (1970) et Le paradis du pouvoir (1973). René Lévesque, premier ministre du Québec de 1976 à 1985, dira de Lapalme qu'il mérite le titre de « père de la Révolution tranquille ».

Date d'officialisation 1997-03-25

Spécifique Georges-Émile-Lapalme

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rue

Type d'entité Rue

Région administrative Lanaudière

Municipalité régionale de comté (MRC) Joliette

Municipalité Joliette (Ville)

Code géographique de la municipalité 61025

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, rue Georges-Émile-Lapalme

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Rue Georges-Émile-Lapalme

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : 12 septembre 2019

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012