Retour aux résultats Version imprimable







Rue Gérin-Lajoie


Origine et signification Antoine Gérin-Lajoie (Yamachiche, 1824 – Ottawa, 1882) était romancier, dramaturge, essayiste, historien et journaliste. Issu d'une famille de cultivateurs prospères, Gérin-Lajoie fit l'apologie de ce métier dans son roman à thèse intitulé Jean Rivard, le défricheur (1862), puis dans sa suite, Jean Rivard, économiste (1864). Auparavant, il avait composé, en 1842, la complainte Un Canadien errant et, en 1844, la tragédie Le jeune Latour. Journaliste à Montréal, à La Minerve (1845-1847), il fut ensuite admis au Barreau du Bas-Canada en 1848. Il délaissa cependant la pratique du droit au profit d'une carrière de traducteur et de bibliothécaire pour le gouvernement du Canada-Uni, puis pour le gouvernement du Canada. Sur le plan littéraire, Gérin-Lajoie appartenait à l'École de Québec, mouvement qui réunissait notamment Octave Crémazie (1827-1879), Joseph-Charles Taché (1820-1894), l'abbé Henri-Raymond Casgrain (1831-1904) et François-Xavier Garneau (1809-1866). En 1861, les membres du mouvement ont fondé Les Soirées canadiennes, revue dans laquelle parut la première partie de Jean Rivard, le défricheur.

Date d'officialisation 1996-08-16

Spécifique Gérin-Lajoie

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rue

Type d'entité Rue

Région administrative Centre-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) L'Érable

Municipalité Plessisville (Ville)

Code géographique de la municipalité 32040

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, rue Gérin-Lajoie

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Rue Gérin-Lajoie

Nouvelle recherche