Retour aux résultats Version imprimable







Rue Laval


Origine et signification Ce nom rappelle la mémoire de François de Laval (Montigny-sur-Avre, France, 1623 - Québec, 1708). Éduqué chez les Jésuites au collège de La Flèche, il est ordonné prêtre le 1er mai 1647. En 1658, il est nommé vicaire apostolique à Québec; il s'embarque à La Rochelle, le 13 avril 1659. La Nouvelle-France compte alors quelque 2 000 habitants regroupés autour de trois centres : Québec, Trois-Rivières et Montréal. En 1674, monseigneur de Laval est désigné évêque de Québec. Âgé et malade, François de Laval se retire en 1688; monseigneur Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier le remplace. Sous son administration, monseigneur de Laval fonde le Grand Séminaire de Québec (1663), le Petit Séminaire de Québec en 1668 et, la même année, l'école des métiers à Saint-Joachim.

Source :
Saint-Jérôme : répertoire toponymique, 1989.
VACHON, André, « Laval, François de », Dicitionnaire biographique du Canada en ligne.

Date d'officialisation 1991-06-07

Spécifique Laval

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rue

Type d'entité Rue

Région administrative Laurentides

Municipalité régionale de comté (MRC) La Rivière-du-Nord

Municipalité Saint-Jérôme (Ville)

Code géographique de la municipalité 75017

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, rue Laval

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Rue Laval

Ancien nom

  • Rue Maisonneuve

    Le nom Rue Maisonneuve visait à rappeler le souvenir de Paul de Chomedey de Maisonneuve.

    Gentilhomme, officier et membre de la Société Notre-Dame de Montréal, Paul de Chomedey de Maisonneuve (Neuville-sur-Vanne, 1612 - Paris, 1676) débarque sur la pointe à Callière en compagnie de Jeanne Mance pour fonder Ville-Marie le 17 mai 1642. Il ne ménage pas ses efforts pour que la colonie, érigée en place forte, résiste aux difficultés et poursuive son développement. Pendant plus de vingt ans, il est gouverneur de Ville-Marie, l'établissement français le plus exposé aux attaques iroquoises. Malgré son dévouement, en 1665, il reçoit l'ordre de retourner en France pour un congé indéfini. Discret et retiré, il meurt dans l'ombre.

Nouvelle recherche