Retour aux résultats Version imprimable

Barrage Pibrac-Ouest

Origine et signification Ce barrage appartient au gouvernement du Québec et se trouve à l'un des deux exutoires du lac Kénogami, où débute la rivière aux Sables. Le 25 octobre 2001, le nom collectif Barrages Pibrac a été remplacé par les dénominations individuelles des ouvrages d'art concernés, soit Barrage Pibrac-Est et Barrage Pibrac-Ouest. La disparition du nom collectif a aussi entraîné l'officialisation des dénominations Digue Pibrac-Est et Digue Pibrac-Ouest.

Ce barrage de forte contenance et de type béton-gravité a été construit en 1924, puis a subi des modifications en 1992. La structure mesure 13 m de hauteur sur 143 m de longueur et présente une capacité de retenue de 583 786 000 m³ d'eau, couvrant une superficie de 52 km². Ces ouvrages ont été aménagés pour alimenter en hydroélectricité la ville de Jonquière, aujourd'hui un arrondissement de la ville de Saguenay. On ne connaît pas de façon certaine l'origine de ce nom, mais on sait qu'il était déjà en usage au début du XXe siècle. Il pourrait évoquer le village de Pibrac, près de Toulouse, en France, où est née au XVIIe siècle la bergère Germaine Cousin, canonisée par l'Église en 1867. Une digue en bois qu'on appelait batardeau a d'abord été érigée vers 1900 par une entreprise fabriquant de la pulpe et du papier en vue de régulariser le débit de la rivière aux Sables. En 1924, les digues ont été remplacées par des ouvrages en béton. On a parfois désigné ces installations sous les noms Barrages de Price et Barrages du Lac-Kénogami. Quant à la rivière aux Sables, on lui connaît aussi le nom Rivière Pibrac. La construction des nouveaux barrages a occasionné un rehaussement du niveau des eaux du lac, obligeant la fermeture du village de Saint-Cyriac situé à proximité. Bien qu'on ait espéré voir les familles évacuées venir s'installer à Pibrac, seulement quelques-unes l'ont fait. Un bureau de poste y a tout de même été en service de 1932 à 1952. Pour plus d'information, voir Pibrac, Barrages.

Source :
COMMISSION DE TOPONYMIE. Noms et lieux du Québec : dictionnaire illustré, Québec, Les Publications du Québec, 2006, 925 p.

Date d'officialisation 2001-10-25

Spécifique Pibrac-Ouest

Générique (avec ou sans particules de liaison) Barrage

Type d'entité Barrage

Région administrative Saguenay–Lac-Saint-Jean

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Saguenay (Ville)

Code géographique de la municipalité 94068

Latitude nord     Longitude ouest 48° 21' 33" 71° 16' 40"

Coordonnées décimales -71.27778      48.35917

Carte topographique 1/50 000 22D/06

Carte topographique 1/20 000 22D/06-0101

Ancien nom

  • Barrages Pibrac

    Ces barrages, localisés à l'endroit où le lac Kénogami se déverse dans la rivière aux Sables, ont été aménagés pour alimenter en hydroélectricité la ville de Jonquière, au Saguenay. L'ensemble se compose de quatre digues, dont deux sont reliées aux berges du cours d'eau et deux autres forment deux îles en son milieu. On ne connaît pas l'origine assurée de ce toponyme mais on sait qu'il était déjà en usage au début du XXe siècle. Il pourrait évoquer le village de Pibrac en France, où est née au XVIIe siècle la bergère Germaine Cousin, canonisée par l'Église en 1867. Une digue en bois qu'on appelait batardeau a d'abord été érigée vers 1900 par une entreprise fabriquant de la pulpe et du papier en vue de régulariser le débit de la rivière aux Sables. En 1924, la digue a été remplacée par des barrages en béton. On a parfois désigné ces installations sous les noms de Barrages de Price, Barrage Pibrac Est et Barrage Pibrac Ouest ou Barrages du Lac-Kénogami. Il est même arrivé que le nom des barrages s'étende aussi à la rivière aux Sables, rebaptisée Pibrac. La construction des nouveaux barrages a occasionné un rehaussement du niveau des eaux du lac obligeant la fermeture du village de Saint-Cyriac situé non loin.Bien qu'on ait espéré voir les familles évacuées venir s'installer à Pibrac, seulement quelques-unes le firent effectivement. Un bureau de poste y a tout de même été en service de 1932 à 1952.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012