Retour aux résultats Version imprimable

N’est plus le nom officiel de ce lieu. Celui-ci s’appelle maintenant Rue du Père-La Brosse  - Nom officiel

Origine et signification Le nom de cette rue rappelle le souvenir du père jésuite Jean-Baptiste de La Brosse
(Magnac, Charente, 1724 – Tadoussac, 1782). Arrivé au pays en 1754, il sera successivement missionnaire chez les Autochtones et les Acadiens de la rivière Saint-Jean, à Québec, à Odanak, puis curé de Mascouche, de 1761 à 1766. Par la suite et jusqu'à sa mort, il se dévouera auprès des Innus de la Côte-Nord et du Saguenay et même, après 1770, auprès des Micmacs et des Acadiens du Bas-Saint-Laurent jusqu'au Cap-Breton. Pendant ce temps, il prépare et publie des dictionnaires et grammaires de langues amérindiennes. Personnage haut en couleur, on lui attribuait des dons de guérisseur et de devin. Très estimé des peuples autochtones qu'il a côtoyés, il a été le sujet de l'une des sculptures d'Alfred Laliberté. Il existe une bibliographie considérable sur le père de La Brosse.

Source :
Répertoire historique et explicatif des noms de rues de Baie-Comeau (1937-1983), 1986.
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire

Date de désofficialisation 2001-01-25

Spécifique Père-Labrosse

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rue du

Type d'entité Rue

Région administrative Côte-Nord

Municipalité régionale de comté (MRC) La Haute-Côte-Nord

Municipalité Tadoussac (Municipalité de village)

Code géographique de la municipalité 95005

Ancien nom

  • Rue du Père-Labrosse

    Le nom de cette rue rappelle le souvenir du père jésuite Jean-Baptiste de La Brosse
    (Magnac, Charente, 1724 – Tadoussac, 1782). Arrivé au pays en 1754, il sera successivement missionnaire chez les Autochtones et les Acadiens de la rivière Saint-Jean, à Québec, à Odanak, puis curé de Mascouche, de 1761 à 1766. Par la suite et jusqu'à sa mort, il se dévouera auprès des Innus de la Côte-Nord et du Saguenay et même, après 1770, auprès des Micmacs et des Acadiens du Bas-Saint-Laurent jusqu'au Cap-Breton. Pendant ce temps, il prépare et publie des dictionnaires et grammaires de langues amérindiennes. Personnage haut en couleur, on lui attribuait des dons de guérisseur et de devin. Très estimé des peuples autochtones qu'il a côtoyés, il a été le sujet de l'une des sculptures d'Alfred Laliberté. Il existe une bibliographie considérable sur le père de La Brosse.

Nouvelle recherche