Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Michel-des-Saints
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification Considérée comme l'une des municipalités les plus étendues du Québec avec ses 563 km², Saint-Michel-des-Saints occupe une partie des cantons de Brassard et de Provost, au nord-est de Saint-Guillaume-Nord, dans la région de Lanaudière. Elle a été implantée le long de la rivière Matawin, à un endroit où celle-ci trace de multiples méandres. En 1863, l'abbé Thomas-Léandre Brassard s'installe près de la chute du lac des Pins, à environ 50 km de Sainte-Émélie-de-l'Énergie. Il y fait ériger un moulin et un manoir de telle sorte que la paroisse de Saint-Michel-des-Saints peut être officiellement érigée en 1883. La dénomination passera au bureau de poste en 1870, puis à la municipalité de paroisse en 1885. Toutefois, l'actuelle municipalité résulte de la fusion intervenue en 1979 entre cette dernière et la municipalité des cantons unis de Masson-et-Laviolette créée en 1914. L'appellation, choisie par Mgr Bourget, à la suggestion de l'abbé Brassard, évoque un trinitaire espagnol qui, en 1862, venait d'être canonisé par le pape Pie IX. San Miguel de los Santos, mieux connu sous le nom saint Michel des Saints, a vécu de 1591 à 1625. Les cantons, proclamés en 1894, rappellent respectivement Louis-François-Rodrigue ou Roderick Masson (1833-1903), lieutenant-gouverneur du Québec de 1884 à 1887 et le sieur de Laviolette, fondateur de la ville de Trois-Rivières en 1634. Le territoire de Saint-Michel-des-Saints devait voir sa superficie augmenter en 1931 avec l'annexion de la municipalité de Saint-Ignace-du-Lac, ouverte en 1877, à environ 15 km. D'abord connue comme la colonie de Saint-Ignace-des-Monts, la proximité du Petit lac Ignace devenu le lac Aigu et du lac Barré devait inciter l'abbé Jean-Baptiste Morin, de Saint-Jean-de-Matha, à modifier l'appellation en Saint-Ignace-du-Lac. La construction d'un barrage sur la rivière Matawin en 1929 allait entraîner la création du réservoir Taureau, de 90 km de tour, noyant ainsi le village en 1931, annexé alors à Saint-Michel-des-Saints. Les Saint-Michellois mènent des activités forestières importantes complétées par l'agriculture. La présence des lacs Durand, Beauséjour, Hazen, Kaiagamac et de quelques autres attire les touristes l'été tandis que la forêt exerce son pouvoir d'attraction sur les chasseurs et les trappeurs.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1986-11-06

Spécifique Saint-Michel-des-Saints

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Lanaudière

Municipalité régionale de comté (MRC) Matawinie

Municipalité Saint-Michel-des-Saints (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 62085

Longitude ouest     Latitude nord 73° 55' 00" 46° 41' 00"

Coordonnées décimales -73.91666, 46.68333

Carte topographique 1/50 000 31I/12

Carte topographique 1/20 000 31I/12-0201

Ancien nom

  • Masson-et-Laviolette  (Municipalité)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012