Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Méthode-de-Frontenac
N’est plus le nom officiel de ce lieu. Celui-ci s’appelle maintenant Adstock  - Nom officiel
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 14 février 2001. En effet, à cette date, la municipalité de Saint-Méthode-de-Frontenac et la municipalité de la paroisse de Sacré-Cœur-de-Marie-Partie-Sud se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité d'Adstock. Le nom Saint-Méthode-de-Frontenac a toutefois été préservé sous la forme Saint-Méthode pour identifier un secteur correspondant au territoire de l'ancienne municipalité de Saint-Méthode-de-Frontenac. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire cette municipalité. Implantée dans un décor enchanteur, la municipalité agricole de Saint-Méthode-de-Frontenac, sise à proximité de la réserve de chasse et de pêche de Frontenac, est distante d'une vingtaine de kilomètres de Thetford Mines dans la MRC de L'Amiante. Dotée d'un centre de villégiature, elle compte plusieurs lacs (Bolduc, Rocheux, à la Barbotte, à la Truite) ainsi que la rivière Muskrat. Ouvert dans le dernier quart du XIXe siècle, vers 1870, le territoire s'organise en mission en 1880, puis en paroisse à compter de 1888, par suite du détachement d'une partie de la paroisse de Saint-Éphrem-de-Tring. La nouvelle entité paroissiale prend le nom Saint-Méthode-d'Adstock et sera érigée canoniquement en 1893. Sa dénomination sera reprise par la municipalité de paroisse créée en 1895, laquelle adoptera l'appellation Saint-Méthode-de-Frontenac en 1945, celle-ci étant déjà portée par le bureau de poste ouvert en 1936. L'hagionyme retenu évoque saint Méthode (vers 825-885), originaire de Thessalonique et fondateur, avec son frère Cyrille, de l'Église et de la liturgie slavonnes. On leur doit, suivant la tradition, l'invention de l'écriture dite cyrillique, notamment représentée par le russe, bien que certains estiment qu'il s'agit plutôt de l'œuvre de leurs disciples. Le motif précis de ce choix dénominatif, effectué par le cardinal Bégin, résiderait dans l'imposition de l'office de Saint-Méthode, le 14 février, par le pape Léon XIII en 1893, année de l'érection canonique de la paroisse. Les spécificatifs Adstock et Frontenac évoquent respectivement le canton, proclamé en 1869 et qui rappelle un village d'Angleterre, ainsi que le comté auquel l'endroit était rattaché et qui évoque le gouverneur général de la Nouvelle-France de 1672 à 1682 et de 1689 à 1698, Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau (1622-1698). La dénomination courante, Saint-Méthode, a servi de base à l'élaboration du gentilé Méthodois adopté en 1986. Voir : Frontenac (municipalité).

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date de désofficialisation 2001-04-11

Spécifique Saint-Méthode-de-Frontenac

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) Les Appalaches

Municipalité Adstock (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 31056

Longitude ouest     Latitude nord 71° 05' 00" 46° 03' 00"

Coordonnées décimales -71.08334, 46.05

Carte topographique 1/50 000 21L/03

Carte topographique 1/20 000 21L/03-0102

Anciens noms

  • Sacré-Cœur-de-Marie-Partie-Sud  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 14 février 2001. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Sacré-Cœur-de-Marie-Partie-Sud et la municipalité de Saint-Méthode-de-Frontenac se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité d'Adstock. Le nom Sacré-Cœur-de-Marie-Partie-Sud a toutefois été préservé sous la forme Sacré-Cœur-de-Marie pour identifier un secteur correspondant au territoire de l'ancienne municipalité de la paroisse de Sacré-Cœur-de-Marie-Partie-Sud. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire cette municipalité. En 1909, des parties des territoires du canton de Thetford-Partie-Nord et du canton de Thetford-Partie-Sud étaient détachées pour donner naissance à la municipalité de la paroisse de Sacré-Cœur-de-Marie-Partie-Sud, à une quinzaine de kilomètres à l'est de Thetford Mines, dans la région de la Chaudière-Appalaches. Située dans une zone montueuse, elle est adossée au Grand Morne, à l'est. La dénomination municipale est sans doute tributaire, d'une certaine façon, de celle de la paroisse de Très-Saint-Cœur-de-Marie fondée en 1863, érigée canoniquement en 1889 et surtout de celle du bureau de poste ouvert en 1883 sous le nom de Sacré-Cœur-de-Marie. Par-dessus tout, l'appellation a été inspirée par celle de la paroisse voisine de Sacré-Cœur-de-Jésus, qui lui est contiguë dans sa partie nord-est. La présence de Saint-Pierre-de-Broughton, de la seigneurie Saint-Joseph jadis et de la chapelle Sainte-Anne à proximité complète la thématique religieuse. Les premiers colons, qui arrivent sur le territoire dans la seconde moitié du XIXe siècle, étaient originaires de Saint-Elzéar-de-Beauce, de Saint-Joseph, de Sainte-Marie, et durent peiner grandement sur des terres difficiles. Cependant, le voisinage de Thetford Mines leur a généralement par la suite fourni des horizons de travail.

  • Sainte-Anne-du-Lac  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 24 octobre 2001. En effet, à cette date, la municipalité du village de Sainte-Anne-du-Lac et la municipalité d'Adstock se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité d'Adstock. L'appellation Sainte-Anne-du-Lac a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne municipalité du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Sainte-Anne-du-Lac. À l'origine, le territoire de cette municipalité de la région de la Chaudière-Appalaches appartenait à la municipalité de la paroisse de Sacré-Cœur-de-Marie-Partie-Sud, dont il a été détaché, en 1949, et qui circonscrit entièrement ses limites. Endroit de villégiature où l'on retrouve près de 400 propriétaires de chalets et de résidences sur le pourtour du lac du Huit, la municipalité doit son nom à cette nappe d'eau, qui occupe presque l'ensemble du territoire municipal. La présence de municipalités répondant aux noms de Sacré-Cœur-de-Jésus, Saint-Joseph-de-Coleraine et Sacré-Cœur-de-Marie-Partie-Sud, lesquels évoquent le petit-fils, le gendre et la fille de sainte Anne, pourrait constituer le motif d'attribution de cet hagionyme. Sainte-Anne-du-Lac est localisée à 8 km à l'est de Thetford Mines et à une quinzaine de kilomètres à l'est de Black Lake.

  • Saint-Méthode-de-Frontenac  (Municipalité)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 14 février 2001. En effet, à cette date, la municipalité de Saint-Méthode-de-Frontenac et la municipalité de la paroisse de Sacré-Cœur-de-Marie-Partie-Sud se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité d'Adstock. Le nom Saint-Méthode-de-Frontenac a toutefois été préservé sous la forme Saint-Méthode pour identifier un secteur correspondant au territoire de l'ancienne municipalité de Saint-Méthode-de-Frontenac. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire cette municipalité. Implantée dans un décor enchanteur, la municipalité agricole de Saint-Méthode-de-Frontenac, sise à proximité de la réserve de chasse et de pêche de Frontenac, est distante d'une vingtaine de kilomètres de Thetford Mines dans la MRC de L'Amiante. Dotée d'un centre de villégiature, elle compte plusieurs lacs (Bolduc, Rocheux, à la Barbotte, à la Truite) ainsi que la rivière Muskrat. Ouvert dans le dernier quart du XIXe siècle, vers 1870, le territoire s'organise en mission en 1880, puis en paroisse à compter de 1888, par suite du détachement d'une partie de la paroisse de Saint-Éphrem-de-Tring. La nouvelle entité paroissiale prend le nom Saint-Méthode-d'Adstock et sera érigée canoniquement en 1893. Sa dénomination sera reprise par la municipalité de paroisse créée en 1895, laquelle adoptera l'appellation Saint-Méthode-de-Frontenac en 1945, celle-ci étant déjà portée par le bureau de poste ouvert en 1936. L'hagionyme retenu évoque saint Méthode (vers 825-885), originaire de Thessalonique et fondateur, avec son frère Cyrille, de l'Église et de la liturgie slavonnes. On leur doit, suivant la tradition, l'invention de l'écriture dite cyrillique, notamment représentée par le russe, bien que certains estiment qu'il s'agit plutôt de l'œuvre de leurs disciples. Le motif précis de ce choix dénominatif, effectué par le cardinal Bégin, résiderait dans l'imposition de l'office de Saint-Méthode, le 14 février, par le pape Léon XIII en 1893, année de l'érection canonique de la paroisse. Les spécificatifs Adstock et Frontenac évoquent respectivement le canton, proclamé en 1869 et qui rappelle un village d'Angleterre, ainsi que le comté auquel l'endroit était rattaché et qui évoque le gouverneur général de la Nouvelle-France de 1672 à 1682 et de 1689 à 1698, Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau (1622-1698). La dénomination courante, Saint-Méthode, a servi de base à l'élaboration du gentilé Méthodois adopté en 1986. Voir : Frontenac (municipalité).

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : juillet 2015

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012