Retour aux résultats Version imprimable

Lachine

Origine et signification Cet arrondissement de la ville de Montréal est situé au sud de l'arrondissement de Saint-Laurent, et au nord-ouest de celui de LaSalle. Son territoire correspond à celui de la deuxième ville de Lachine, laquelle est issue du regroupement, en 2000, de la première ville de Lachine avec la ville de Saint-Pierre. Pour connaître l'origine du nom, voir Lachine, ville.

Date d'officialisation 2003-03-20

Spécifique Lachine

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Arrondissement

Région administrative Montréal

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Montréal (Ville)

Code géographique de la municipalité 66023

Latitude nord     Longitude ouest 45° 26' 25" 73° 42' 20"

Coordonnées décimales -73.70556      45.44028

Carte topographique 1/50 000 31H/05

Carte topographique 1/20 000 31H/05-0202

Anciens noms

  • Lachine  (Secteur)

  • Saint-Pierre  (Ville)

    Il est à noter que cette ville n'existe plus depuis le 1er janvier 2000. En effet, à cette date, les villes de Saint-Pierre et de Lachine se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Lachine. L'appellation Saint-Pierre a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne ville du même nom.

    Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne ville de Saint-Pierre.

    Bornée par Montréal-Ouest, au nord, et par Lachine et LaSalle respectivement au sud-ouest et au sud-est, cette ville de l'agglomération montréalaise occupe une superficie d'à peine 2 km² dans la partie sud-est de la communauté urbaine de Montréal. Anciennement, la Petite rivière Saint-Pierre, aujourd'hui canalisée et souterraine, serpentait doucement sur le territoire. Identifié au XVIIIe siècle comme la Coste-Saint-Pierre (1702) et le Coteau-Saint-Pierre (1834), ce lieu a également été connu sous le nom de Notre-Dame-de-Grâce (1879), avant d'en être détaché à la fin du XIXe siècle, de même que sous celui de Blue Bonnets Hill (1883). La première appellation célèbre le souvenir de Pierre Chevrier (1600-1692), prêtre, écuyer et baron de Fancamp, à qui avait été concédée, avec Jérôme Le Royer de La Dauversière, sulpicien, la seigneurie de l'Île-de-Montréal, en 1640, à laquelle était rattachée la Coste-Saint-Pierre. Quant au nom Blue Bonnets Hill, qui a valu aux Pierrois le blason de Blue Bonnets, il souligne la proximité de la piste de courses de chevaux, ainsi identifiée en rappel des bonnets bleus portés anciennement par les habitants de Montréal. La paroisse de Saint-Pierre-aux-Liens, officiellement créée en 1906, qui reçoit son premier curé en 1897, donnera son nom à la municipalité de village créée en 1894. Celle-ci, lors de l'obtention de son statut de ville en 1908, verra sa dénomination abrégée en Saint-Pierre. Saint-Pierre-aux-Liens rappelle l'épisode de la vie de saint Pierre, où, emprisonné par Hérode Agrippa Ier, il reçoit la visite d'un ange qui le délivrera de ses chaînes. Ville industrielle sise à proximité du canal de Lachine, Saint-Pierre était jadis particulièrement active dans la fabrication de tuyaux de bois de même que dans les domaines de l'aluminium, de l'asphalte et des wagons de chemin de fer. Dans ce dernier cas, la localité s'est véritablement développée avec l'implantation de la Simplex Railway Appliance Co. of Canada Ltd au début du siècle, compagnie spécialisée dans la fabrication des éléments de wagons de chemin de fer. Elle deviendra par la suite la Canadian Car and Foundry Co. Ltd. Charles-Aimé Kirkland (1896-1961), père de la première femme à siéger à l'Assemblée législative, Claire Kirkland-Casgrain, née en 1924, fut maire de Ville Saint-Pierre, comme on disait à l'époque, de 1938 à 1958.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : 2 octobre 2019

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012