Retour aux résultats Version imprimable

Louiseville
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification Cette ville de la région de la Mauricie, située à la hauteur du lac Saint-Pierre, à 98 km au nord-est de Montréal, entre Saint-Joseph-de-Maskinongé et Yamachiche, faisait jadis partie de la seigneurie de la Rivière-du-Loup, qui tire son appellation d'un cours d'eau local. Créée en 1665 et concédée en 1672 à Charles Dugey Rozoy de Mannereuil, officier du régiment de Carignan, par l'intendant Talon, la seigneurie, qui porta un temps le nom de Rivière-Mannereuil, adopta celui de Rivière-du-Loup, figurant sur un croquis de Talon en 1665, après qu'elle eut été retirée à son propriétaire qui ne s'en occupait guère. Elle donnera son nom à la municipalité de paroisse créée en 1855 sous la dénomination de Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup, laquelle avait été précédée en 1845 de celle de la Rivière-du-Loup-en-Haut, abolie en 1847. Ce sont les premiers desservants de la mission, des Récollets, qui placent la nouvelle paroisse fondée en 1714 sous le patronage de saint Antoine de Padoue, en dépit d'une tentative de la part des Ursulines, propriétaires de la seigneurie en 1722, pour modifier la dénomination en Saint-Antoine-de-la-Rivière-Saint-Jean. Reconnu comme l'un des plus savants prédicateurs de son temps, saint Antoine de Padoue (1195-1231), religieux franciscain, a parcouru la France, l'Italie et même l'Afrique. Ce thaumaturge populaire est invoqué comme patron de ceux qui recherchent des objets perdus. Quant au spécifique Rivière-du-Loup, également attribué à la municipalité de village créée en 1878, qui allait devenir l'année suivante Louiseville, il évoque la rivière du Loup, dont la dénomination amérindienne ancienne était Mahigan Sipi(y), rivière du loup. En 1609, Champlain baptise ce cours d'eau Rivière Sainte-Suzanne, alors que les Amérindiens le connaissaient sous le nom de Rivière Croche (Abamasic), en raison de ses nombreux méandres. On a avancé l'hypothèse que des loups marins remontaient autrefois jusqu'à son embouchure pour justifier cette appellation, alors que certains pensent que la tribu amérindienne des Loups aurait fréquenté les environs et laissé son nom. Suivant une autre hypothèse, la présence de mammifères carnivores jadis en ces lieux justifierait la dénomination. La confusion suscitée par l'existence d'une autre ville dénommée Rivière-du-Loup, dans la région du Bas-Saint-Laurent, a sûrement joué un rôle dans la rapide modification dénominative intervenue dès 1879 en faveur de Louiseville. La princesse Louise Caroline Alberta, fille cadette de la reine Victoria, avait projeté de visiter cet endroit cette année-là. Celle-ci, née en 1848 et décédée en 1939, était l'épouse du marquis de Lorne, John George Douglas Sutherland, 9e duc d'Argyll (1845-1914), gouverneur général du Canada de 1878 à 1883. Le couple vice-royal avait visité le Canada en 1878, mais son intention de se rendre en Mauricie en 1880 ne connut pas de suite. Par ailleurs, on a, pendant un certain temps, distingué l'actuelle Rivière-du-Loup, anciennement Fraserville, en l'identifiant comme Rivière-du-Loup-en-Bas, alors que Louiseville était connue comme Rivière-du-Loup-en-Haut, nom du bureau de poste entre 1816 et 1880, modifié en Louiseville cette année-là. Centre industriel prospère dressé au milieu des champs de la plaine, Louiseville a considérablement augmenté sa superficie grâce à la fusion intervenue entre celle-ci et Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup en 1989. La périphérie de l'ex-territoire de Louiseville est composée d'un sol de nature mouvante, qui provoque avec régularité des éboulis assez impressionnants. Les Louisevillois font preuve d'un tel sentiment d'hospitalité que la ville a reçu le titre incontesté d'Hôtesse de la Mauricie. Le blason Magouas, popularisé par les écrits de Jacques Ferron et d'origine vaguement amérindienne, identifie les citoyens qui habitent les quartiers périphériques. Louiseville entretient des liens avec Soissons en France dans le cadre d'un accord de jumelage.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Louiseville

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Mauricie

Municipalité régionale de comté (MRC) Maskinongé

Municipalité Louiseville (Ville)

Code géographique de la municipalité 51015

Longitude ouest     Latitude nord 72° 57' 00" 46° 15' 00"

Coordonnées décimales -72.95, 46.25

Carte topographique 1/50 000 31I/07

Carte topographique 1/20 000 31I/07-0101

Ancien nom

  • Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup  (Municipalité)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012