Retour aux résultats Version imprimable

Neuville
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification Située sur la rive nord du Saint-Laurent, à l'ouest de Québec, cette ville regroupe depuis le 18 décembre 1996 les municipalités du village de Neuville et de la paroisse de Pointe-aux-Trembles. Certains estiment qu'en 1855, cette municipalité de paroisse avait reçu l'appellation de Saint-François-de-Sales-de-Neuville, d'autres de Pointe-aux-Trembles, d'autres encore de Saint-François-de-Sales. Or, selon le Code municipal de 1871, c'est cette dernière dénomination qui serait la plus exacte, bien que la tradition ait retenu Pointe-aux-Trembles. Il est possible que l'on n'ait point distingué la paroisse religieuse fondée en 1679 et érigée canoniquement en 1684 de la paroisse civile créée par l'Arrêt du Conseil d'État du Roi en 1722. Toutefois, le problème demeure entier, car ces deux entités portaient le nom de Saint-François-de-Sales. On peut avancer qu'un usage très ancien retenait indifféremment Pointe-au(x)-Tremble(s) ou Saint-François-de-Sales(- de-Neuville), dans le dernier cas l'accent étant mis sur la paroisse ecclésiastique, comme en fait foi un texte de Collet écrit en 1721 : « Sommes arrivez à la paroisse de St-François de Salles, seigneurie de Neufville, ditte la pointe au tremble » et, plus loin, « nous sommes partis de la dite paroisse de St-François de Salles de Neufville ». Quoi qu'il en soit, Pointe-aux-Trembles doit son nom à la pointe sur laquelle on a construit l'église et qui, autrefois, était couverte de trembles et de bouleaux. En usage dès le XVIIe siècle, ce toponyme a également été retenu pour identifier le bureau de poste dont l'existence remonte à 1850. En 1919, une partie du territoire de Pointe-aux-Trembles se détacha pour créer la municipalité du village de Neuville. Cette dernière appellation fait allusion à celle de la seigneurie dans laquelle cette localité se trouvait. Le territoire seigneurial portait primitivement le nom de Dombourg – repris pour le bureau de poste pendant quelques mois en 1909 –, parce qu'il avait été concédé en 1653 par Jean de Lauson à Jean Bourdon de Saint-Jean (vers 1601-1668) pour son fils Jean-François Bourdon de Dombourg (1647-1690), celui-ci ayant formé la dénomination par permutation des syllabes de son propre patronyme. Bourdon, ingénieur et arpenteur, a également été cartographe et procureur général au Conseil souverain. L'endroit a pris le nom de Neuville par suite de son acquisition, en 1680, par Nicolas Dupont de Neuville (1632-1716), membre du Conseil souverain et garde des sceaux. Anobli en 1669 sous le nom de Neuville, Dupont, arrivé au pays en 1663, transporta son nouveau nom à la seigneurie. La carte du sieur d'Anville de 1755 indique le nom de Neuville pour ce lieu. Certains croient que cette appellation pourrait évoquer un village de l'ancienne province française du Hainaut, encore que le fait que Dupont provenait de la Picardie incite à croire qu'il pourrait s'agir davantage d'un nom picard. En toponymie française, Neuville a pour sens domaine nouveau et ne comporte pas d'allusion obligatoire au phénomène urbain. Ce nom se rencontre surtout dans le Nord de la France. Bien que devenue municipalité au début du présent siècle, l'existence de Neuville remonte jusqu'à la fin du XVIIe siècle puisque le territoire était déjà habité. La renommée de Neuville demeure fortement tributaire de la qualité des légumes qu'on y cultive et que l'on distribue dans les marchés de Québec, notamment le maïs dont l'importance était concrètement soulignée par un Festival du blé d'Inde tenu en août. L'une des plus grandes gloires neuvilloises est le peintre Antoine Plamondon (1804-1895), qui y a résidé à compter de 1845 et qui s'y est installé définitivement en 1851. Une bonne partie de ses tableaux, d'inspiration profondément religieuse, occupent une place de choix dans l'église paroissiale. Avec le mouvement de jumelage, Neuville a tissé des liens amicaux avec Neuville-de-Poitou en France.

Date d'officialisation 1997-03-25

Spécifique Neuville

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Capitale-Nationale

Municipalité régionale de comté (MRC) Portneuf

Municipalité Neuville (Ville)

Code géographique de la municipalité 34007

Longitude ouest     Latitude nord 71° 35' 00" 46° 42' 00"

Coordonnées décimales -71.58334, 46.7

Carte topographique 1/50 000 21L/12

Carte topographique 1/20 000 21L/12-0102

Anciens noms

  • Neuville  (Municipalité de village)

  • Pointe-aux-Trembles  (Municipalité de paroisse)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012