Retour aux résultats Version imprimable

Batiscan
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification L'un des joyaux de la pittoresque région trifluvienne, la municipalité de la paroisse de Saint-François-Xavier-de-Batiscan, érigée en 1845, est redevenue officiellement Batiscan tout récemment (1986), comme le consacrait un usage constant et presque exclusif. Le nom primitif, tiré de celui de la paroisse érigée canoniquement en 1684, rappelle que les Jésuites ont été concessionnaires de la seigneurie homonyme. Saint François Xavier (1506-1552) a participé à la fondation de la Compagnie de Jésus. Ce qui caractérise cette dénomination, c'est la multiplicité des significations et des motifs d'attribution auxquels elle a donné lieu. Samuel de Champlain note dans Des Sauvages (1603) « Du costé du Nort [du Saint-Laurent], il y a une rivière qui s'appelle Batiscan, qui va fort avant en terre, par où quelquesfois les Algoumequins viennent ». Le fondateur de Québec rapporte, en 1610, « à Quebecq, où je trouvay le Capitaine Pierre qui y commandoit, et tous ses compagnons en bon estat; et avec eux un Capitaine sauvage appelé Batiscan ». Sur sa carte de 1612, Champlain désigne la région du nord de cette rivière « Contrée de bastisquan ». Sur celle de 1632, il écrit « Riviere de Batisquan fort agréable & poissonneuse ». De la rivière – et du chef amérindien – ce nom très stable est passé à la toponymie régionale : seigneurie, paroisses, village, etc. À noter la remarquable stabilité de ce toponyme depuis sa mention par le fondateur de Québec. Les amérindianologues comme le père Charles Arnaud soutiennent qu'en montagnais Batiscan a pour sens vapeur, nuée légère, le phénomène de la brume étant fréquemment observé à l'embouchure de la Batiscan. Selon Arnaud, ce mot pourrait aussi avoir comme signification viande séchée pulvérisée, laquelle était utilisée comme ingrédient d'un mets amérindien, le pemmican ou pémikan. Pour d'autres comme Pierre-Georges Roy, Batiscan signifie qui a des joncs à son embouchure, ce qui a pu être constaté par le passé. Enfin, quelques-uns comme le père Lacombe pensent qu'il s'agit du cri tabateskan, corne fendue ou pendante ou encore comme le père Joseph-Étienne Guinard, missionnaire chez les Cris, de patiskam, orthographié aussi pathiscan, pasthiskan, faire un faux pas, manquer le pied, de pat, manque, et askam, terminaison verbale fournissant l'idée de pied. Voilà une bonne illustration de la complexité des toponymes d'origine amérindienne! Ce qui demeure assuré, cependant, c'est la filiation dénominative : rivière - seigneurie - paroisse - village. Anciennement, les Batiscanais avaient pour surnom les Loups, marquant probablement un petit côté agressif, batailleur, mais aussi fier et courageux. La municipalité de Batiscan appartient à la nouvelle MRC des Chenaux; auparavant, elle était rattachée à la MRC de Francheville qui a cessé d'exister, le 31 décembre 2001, à la suite de la création de la nouvelle ville de Trois-Rivières.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1986-06-12

Spécifique Batiscan

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Mauricie

Municipalité régionale de comté (MRC) Les Chenaux

Municipalité Batiscan (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 37210

Longitude ouest     Latitude nord 72° 15' 00" 46° 30' 00"

Coordonnées décimales -72.25, 46.5

Carte topographique 1/50 000 31I/08

Carte topographique 1/20 000 31I/08-0101

Ancien nom

  • Saint-François-Xavier-de-Batiscan  (Municipalité de paroisse)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012